AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 

Les Méfaits du Macron Menteur (17) Le BARRAGE est en train de CÉDER. 23 mars 2019

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 0 h 17 min

 

Incapable d’apporter des réponses politiques et sociales aux crises multiples (« gilets jaunes » inégalités, pauvreté, chômage, climat, migrations…) car il ne veut pas remettre en cause sa politique de liquidation de l’Etat social et son soutien au capitalisme financier, Macron fait appel à l’armée.

Du jamais vu depuis 1948.

Une fois de plus Macron nous ramène au XIXème siècle. L’armée y était régulièrement utilisée contre les « classes dangereuses ».

Par rapport aux « gilets jaunes » il y a une critique salutaire qui n’admet pas leurs dérives xénophobes puis de violences. Mais qu’aujourd’hui le président Macron envoie l’armée contre des personnes qui ne supportent plus de ne pas pouvoir boucler leurs fins de mois tout en travaillant et en habitant la septième puissance économique mondiale, montre à quel point il est devenu un danger pour la démocratie.

Qu’adviendra-t-il si des provocateurs s’en prennent aux soldats ? Se retireront-ils humiliés sous les quolibets, lèveront-ils les crosses en l’air comme les « braves soldats du 17ème » en 1907 à Béziers , ou tireront-ils commettant un massacre ?

Ce Macron qui donne des leçons aux pays d’Europe et à leurs dirigeants, on en mesure maintenant le ridicule. Il est le premier dans l’Union Européenne à envoyer l’armée contre « son » (?) peuple. 

En 2017, au second tour de la présidentielle, la plupart de ses électeurs ont voté pour lui afin de faire un barrage à l’extrême droite fascisante.

Depuis lors ce barrage se fissure. Aujourd’hui il est en train de céder. Ou pire encore ce que nous voulions éviter, nous l’avons mis en place.

 

 

Les M M M (16). ADP ou le PRÉSIDENT des BONNES AFFAIRES. 22 mars 2019

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 09 min

 

En 2017 les Aéroports De Paris (ADP) comprenant Roissy, Orly, le Bourget et une importante réserve foncière, ont apporté à l’Etat 130 millions d’euros de dividendes et en 2018 plus de 173.

Alors pourquoi aujourd’hui les privatiser, se priver de ces recettes ?

C’est parce que Macron, pour le capitalisme financier et les ultra-riches, c’est le président des bonnes affaires. Avec ADP il y a des sommes colossales à gagner, qu’il serait insupportable dans une économie néolibérale de laisser au secteur public.

Nous venons de payer pour faire augmenter leurs dividendes.

Les perspectives de croissance rapide d’ADP sont des plus importantes grâce à l’extension de Roissy et les travaux d’agrandissement et de modernisation d’Orly, ce dernier par exemple pouvant accueillir 8 millions de visiteurs de plus par an, Ces investissements ont déjà été financés par l’Etat,donc par toute la collectivité nationale et ne vont profiter qu’aux nouveaux propriétaires..

La dette comme prétexte.

Les 8 à 10 milliards que rapporteront la privatisation serviront, nous dit-on, à maintenir cette année la dette publique au dessous des 100% du PIB.

Les économistes les plus sérieux de Picketty à Porcher nous démontrent qu’une telle comparaison n’est que pure bêtise. Mais elle permet une propagande justifiant les politiques d’austérité et la vente du patrimoine national.

On ne nous empêchera pas de penser que les quelques milliards encaissés par le gouvernement dans le cadre de son « désendettement » retourneront à la poche d’où ils étaient sortis, le préteur devenant investisseur et vice versa. Selon le cas de figure. ;

Par contre afin de compenser les années suivantes, les pertes de recettes découlant de la privatisation d’ADP, le gouvernement réduira la dépense publique : les services publics et les aides aux plus modestes en priorité. Une double peine pour les français ordinaires qui ont déjà supporté les investissements pour le développement d’ADP.

Le scandale du pactole immobilier.

Ce qui rend la privatisation extraordinairement juteuse pour les acquéreurs privés c’est la partie immergée de l’iceberg. C’est à dire les colossales réserves foncières du groupe Aéroports De Paris.

ADP possédant 6 700 hectares autour de Paris, un patrimoine foncier inestimable.

Si la plus grande partie de ces espaces est consacrée à l’activité aéroportuaire, 1 242 hectares, soit autant que les 18è et 19è arrondissements de Paris réunis (!!) sont réservés à des opérations immobilières.

« Alors que la métropole du Grand Paris est confrontée à des défis d ’aménagements dont la maîtrise foncière est un élément clé… l’Etat se prive d’un levier d’action direct sur l’usage des sols. » déplore le géographe Michel Lussault. Mais Macron et les banques d’affaires n’en ont cure. D’autant que pour compléter la combine, grâce aux financement de l’Etat, vont arriver entre 2020 et 2024,

  • le CDG express, un train direct reliant Roissy au centre de Paris
  • le Grand Paris Express dont 4 gares desserviront les terrains d’ADP

permettant la rapide urbanisation de ces hectares et l’explosion de leur valeur.

Ce sont des milliards qui vont échapper aux recettes publiques pour aller dans la poche des financiers privés qui profiteront encore une fois des infrastructures financées par la dépense publique.

Mieux qu’une privatisation : une cession temporaire.

Cerise sur le gateau pour le monde de la finance cher à Macron, ce n’est pas une vente mais une concession de 70 ans d’ADP qui est faite au privé.

C’est à dire que les gentils investisseurs vont profiter en arrivant des investissements publics et pourront laisser le patrimoine se délabrer puisqu’au final ce sera à l’Etat de le rénover ou de le reconstruire car les ruines nous appartiendront.

Le « nouveau monde » de Macron c’est la grande braderie du patrimoine, c’est main basse sur la France.

 

Sources : journal Le Monde pour les chiffres. L’analyse nous appartient.

 

 

NOUVELLE ZÉLANDE. 18 mars 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 02 min

 

« La Nouvelle Zélande est un pays où deux femmes sont à la tête de l’Etat,

où la première ministre met un voile pour aller réconforter les musulmans et où tout le monde l’applaudit.

Et ils gagnent au rugby.

Bref, c’est vraiment les antipodes de chez nous.»

Maître Eolas

dans un tweet du 17 mars.

Notre cœur bat pour la Nouvelle Zélande blessée.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 11 17 mars 2019

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 10 h 45 min

 Je n’ai pas envie de servir de caution de gauche au PS, ni que Place publique soit le nouvel emballage d’un produit périmé. »

Thomas PORCHER

le 17/03/2019

 

 

Pas de refondation sans séparation des pouvoirs. 15 mars 2019

Classé dans : Non classé,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 45 min

Commentaire à propos de la « Refondation radicale » de Monsieur Gilles Le Gendre (Le Monde du 12 mars 2019)

 

« La refondation de la République doit être radicale » écrit le député LRM de Paris Gilles Le Gendre, « à l’image de la colère (que le pays) exprime : radicale. »

Ces premières lignes m’ont rempli d’espoir. Enfin me suis-je dis, quelqu’un qui ose refonder, c’est à dire fonder à nouveau une République.

Mais si le terme refonder/refondation est employé pas moins de 11 fois dans un texte assez court pour l’action annoncée, il nous laisse dans le vague d’un « contrat qui doit combiner nombre de chantiers » suite à « une revendication unanime : la respiration de notre vie démocratique ». Il est vrai qu’elle manque d’air.

Et si après la défense de la politique gouvernementale quelques engagements sont suggérés, nous retrouvons sans plus, l’esprit de la lettre du président Macron où « Il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté ».

Refonder la République pour l’un, donner plus de force à la démocratie pour l’autre, pourquoi pas. Mais la démocratie au fond il faut la retrouver, la réinstaller dans notre société. Vu que depuis le quinquennat elle nous est confisquée après chaque élection présidentielle où nous mettons en place un monarque tout puissant.

Comment faire pour qu’en France la démocratie soit réelle ? Une seule solution : Rétablir l’Etat de droit.

L’Etat de droit tel que le définissait Montesquieu, c’est à dire une véritable séparation des pouvoirs.

Aujourd’hui le pouvoir législatif est dépendant, écrasé par le pouvoir exécutif qui d’un autre côté chapeaute le pouvoir judiciaire.

De part le moment de leur élection les députés sont les obligés du président. Leur soumission volontaire, prix de leur élection, rend l’Assemblée nationale impuissante, et génère un antiparlementarisme dangereux.

Ce rôle subalterne du Parlement, Gilles Le Gendre le confirme lorsqu’il écrit qu’il faut revoir l’équilibres entre l’exécutif et le Parlement « en accordant davantage de pouvoirs aux parlementaires ». Si le législatif était un pouvoir à part entière il ne serait pas besoin de lui en « accorder » davantage.  

Les propositions avancées (nombre d’élus, proportionnelle…et même les référendums) ne sont que modifications à la marge sinon des emplâtres sur une jambe de bois.

Afin de retrouver un pouvoir législatif véritable il est essentiel de déconnecter les élections présidentielle et législatives -au moins deux ans d’écart entre elles .

Et plutôt qu’une dose de proportionnelle, une dose de citoyens désignés par tirage au sort permettrait la représentation des diverses classes sociales aux côtés de la « classe politique ».

« Faire la loi » en toute indépendance, en ne négligeant pas le long terme impose que député soit un mandat unique.

Quant à l’exécutif le poste de premier ministre y est inutile, le président est entouré d’assez d’exécutants, il n’a pas besoin de ce qui n’est qu’un « fusible »

Les élections confondues/jumelées ne sont qu’un moment d’élimination : on se débarrasse de Sarkozy en votant Hollande, avec Macron on évite Le Pen. Par contre des élections législatives autonomes, éloignées de la présidentielle permettraient aux citoyens des choix politiques réels.

Retrouver l’Etat de droit, donc ses trois pouvoirs réels et distincts redonnerait aux citoyens le goût pour la chose publique et au vote une utilité autre qu’éliminer le pire, celui ou celle, considéré comme tel une fois tous les cinq ans.

Je suis de plus en plus étonné que pas le moindre constitutionnaliste, pas le moindre tribun de l’opposition ou de la majorité, n’ait abordé la question de la séparation effective des pouvoirs.

Serions nous satisfaits de cette espèce de monarchie quinquennale qui concentre tous les pouvoirs ? Il semblerait pourtant que non.

 

Pierre-Gilles Coulet

 

 

 

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 10 11 mars 2019

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 11 h 03 min

« Une des propriétés des sondages consiste à poser aux gens des problèmes qu’ils ne se posent pas, à faire glisser des réponses à des problèmes qu’ils n’ont pas posés, donc à imposer des réponses. « 

Pierre BOURDIEU

 

 

Echo du Conseil. Un Démocrate s’est révélé. 10 mars 2019

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 15 h 01 min

 

Excellent compte rendu du journal Midi Libre à propos du débat « consultatif » qui s’est tenu le 7 mars, concernant l’installation d’une antenne relais au stade des Pensions.

L’habituelle correspondante y était remplacée par un journaliste. Ceci explique peut-être cela.

Complétons le avec notre propre analyse.

Le premier adjoint au maire, Henri Frances, que l’on a du mal à évaluer, tant il est généralement discret lors des séances du Conseil, était l’organisateur de la soirée.

Il avait invité Madame Annie Perrin, docteur en biologie, pour apprendre au vulgaris pecum ce qu’il ignorait en matière d’ondes électromagnétiques.

Ce fut un long cours magistral.

Cependant l’antenne,

on n’est pas certain de son utilité en tant que nouveau relais;

son innocuité vis à vis de la santé des riverains n’est pas avérée car « la souffrance et les symtômes peuvent être bien réels » a concédé la scientifique.

Une seule chose est assurée, la chute de la valeur immobilière des habitations dans le secteur de l’antenne.

C’est après le cours que le premier adjoint a révélé son esprit démocratique en refusant de donner la parole à Rémi Targhette, cancérologue au CHU de Nîmes, pour la raison qu’il n’habitait pas Saint Christol.

Rejeter un collègue, quoique spécialiste, sous prétexte qu’il n’est pas Saint Christolen nous interroge sur la façon dont il pourrait accueillir un réfugié.

Mais il y eut une bronca et Targhetta parla.

« On va pas attendre trente ans pour constater qu’il y a des cancers » dit-il entre autres.

C’est le docteur local qui voulu avoir le mot de la fin, alors il asséna que « Le projet se ferait aux Pensions et pas ailleurs ».

Il est vrai que la majorité municipale n’est pas encore revenue sur son vote y plaçant l’antenne relais.Le premier adjoint a donc organisé une réunion consultative quand il n’y a plus rien à consulter. Un grand démocrate on vous dit.

Le maire lui, qui apparemment n’aime pas les débats, absent du « grand débat » et de celui sur l’antenne, il pourra compléter son habituel laïus de bienvenue aux nouveaux habitants. Ce qui donnera :

« Saint Christol, une commune où il fait bon vivre, avec ses associations ses châteaux, ses cambriolages et ses antennes. »

Quoique la population et les associations de cadre de vie et d’environnement n’aient pas encore dit leur dernier mot.

 

 

A Saint Christol lez Alès LES CAMBRIOLAGES VONT BON TRAIN. 7 mars 2019

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 18 h 07 min

 

Tout récemment sur la partie sud du chemin de l’Alzon, un habitant parti quelques jours en vacances a retrouvé sa maison cambriolée. A deux pas de chez lui deux cambrioleurs se sont introduits chez une vieille dame qu’ils croyaient absente, heureusement ils se sont enfuis quand ils l’on vue. Elle a eu de la chance.

Ce chemin comptant une demi-douzaine d’habitations, la proportion est notable.

Ceci illustre ce qu’est aujourd’hui, avec la municipalité Bénézet, la tranquillité des administrés.

Les chiffres aussi sont éloquents.

En 2018, à Saint Christol, il y a 58 cambriolages sur 10 mois .

Chiffres de la Direction Centrale de la Sécurité Publique, la mairie n’ayant pas mis en ligne ceux d’avril et de juillet (pourquoi?).

Chiffres que le journal municipal se garde bien de diffuser et qui ne semblent pas intéresser notre grand quotidien régional.

C’est pourtant une information importante et concrète qui participe à la mesure du «bien vivre » sur la commune.

Son défaut est d’être en complet décalage avec l’autosatisfaction du maire Bénézet en matière de sécurité publique.

En mars 2014 avant son élection, il y avait eu 5 cambriolages sur la commune.

En mars 2018 on en compte 9. Un « très bon chiffre » mieux qu’en août (8) à égalité avec novembre mais dépassé par décembre qui en a connu 10.

Il en ressort l’inefficacité de la politique municipale en matière de protection des personnes et des biens.

Un an après la douteuse installation de caméra vidéo en centre ville on en mesure l’inutilité par rapport au problème majeur de la sécurité sur la commune : le cambriolage des maisons individuelles qui s’étalent su Saint Christol.

Le maire se flatte d’une convention avec la police nationale,ce que nous avons du mal à comprendre. Cette convention -que nous avons lue- décharge les missions de cette dernière sur la police municipale, et ainsi la police nationale peut s’éclipser.

Police municipale, qui malgré ces nouvelles missions était tombée à 3 éléments en 2018, se retrouve à nouveau avec un effectif de 4 policiers. Comme en 2014 ! Alors que c’est là justement au niveau de l’humain, de l’effectif de la police municipale qu’il faut se donner des moyens en rééquilibrant bien entendu cette fameuse convention à l’avantage de la commune et non en acceptant le désengagement de l’Etat.

Quant aux « papys vigilants » qui papotent, tant vantés par le maire, on ne sait pas trop ce qu’ils sont devenus.

Pas étonnant si au chemin de l’Alzon, les gens se demandent  maintenant « qui sera le prochain ? »

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 9. 3 mars 2019

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 42 min

 

« Tous les pays du monde ont une armée, sauf l’Algérie où l’armée a un pays. »

Mohamed Kacimi

Ecrivain algérien.

 

 

La LAÏCITÉ et la RÉPUBLIQUE AGRESSÉES. 2 mars 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 12 h 26 min

 

Notre République est laïque.

Attaquer la laïcité c’est donc s’en prendre à la République.

Le problème c’est qu’aujourd’hui des néofascistes entraînant des imbéciles s’en prennent à la laïcité en se réclamant de la République, parce qu’ils nient ou ignorent ce qu’est la laïcité.

C’est pourtant simple.

La laïcité est le principe qui garantit la liberté de conscience, celle de croire ou de ne pas croire, mais aussi l’égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs croyances ou convictions. Cela grâce à un Etat neutre et impartial, séparé des cultes, eux-mêmes indépendants du pouvoir politique. Aussi la laïcité n’est pas une opinion, au contraire elle est le principe qui les autorise toutes sous réserve du respect de l’ordre public.

La loi du 9 décembre 1905 sépare l’Etat des cultes et circonscrit la neutralité aux seules personnes exerçant une mission de service public ou représentant l’administration publique ce qui n’inclut pas les usagers.

C’est clair, quand il n’est pas représentant de l’Etat ou en mission de service public chacun peut, par exemple, s’habiller comme il veut où il veut, quand il veut (sauf dans les écoles, collèges et lycées publics)

Chacun peut penser ce que bon lui semble d’un curé qui se promène en soutane, d’une femme portant un hijad, d’un étudiant de yeshiva portant kippa et papillotes, mais ils en ont le droit, la liberté.(1)

Les en empêcher serait aller contre les valeurs de la République, mettre à bas la laïcité.

Aussi quand le distributeur d’articles de sport, Décathlon, parce qu’il veut commercialiser une tenue féminine de course à pieds comportant un capuchon-hijad est accusé sur Twitter de « trahir les valeurs de la République » ce sont ceux qui portent ces accusations qui agressent la République et trahissent ses valeurs.

Puis, que suite aux insultes et aux menaces, l’équipement soit retiré de la vente est une défaite des libertés individuelles et plus encore de la laïcité.

Au fond c’est la neutralité de l’Etat qui est remise en cause par les racistes et néofascistes de tous poils. Ils voudraient que celui-ci abandonnant sa neutralité, ait un positionnement religieux et se lance dans une nouvelle croisade contre l’islam.

On ne peut croire que les dirigeants de l’extrême droite ignorent ce qu’est la laïcité avec la neutralité de l’Etat et la liberté qui en découle pour chacun. Escrocs politiques ils exploitent et entretiennent l’ignorance d’un grand nombre de leurs concitoyens. Et d’honorables élus, en mal d’électeurs, des « modérés » jusqu’à la gauche, leur emboîtent le pas.

Il est bien triste le niveau de notre « personnel » politique. A l’étranger on en rit, ici c’est à pleurer.

Car dans cette affaire, il ne s’agit pas d’un voile cachant le visage (interdit par la loi pour des raisons compréhensibles de sécurité) mais d’un capuchon comme en portent les ados, ou d’un foulard comme celui que portait avec élégance Grace Kelly (mais il est vrai que c’était un Hermes) d’où le côté grotesque de cette polémique.

Quant à l’émancipation de la femme qui sert de prétexte à certains…Une femme qui court avec un foulard serait-elle moins émancipée que Bobonne qui regardait télé-achat la tête couverte de bigoudis ?

Mais plaisanterie mise à part, de rudes combats attendent les défenseurs de la République laïque -avant qu’il ne soit trop tard-

 

(1) La loi française qui protège la liberté d’expression, permet de critiquer toute religion si l’on ne tombe pas dans l’insulte, la discrimination, le racisme.

 

 

 

 

1...34567...157
 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement