AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 

CITATION DE LA SEMAINE 15. 15 avril 2019

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 20 h 23 min

 

« Vous ne voyez pas que les gens sont désespérés ? »

Une députée du tiers état à un de ses collègues ,de la noblesse

dans « ça ira (1) fin de Louis » pièce de

Joël Pommerat.

Spectacle crée en septembre 2015, qui a été joué à travers le monde de Tokyo à Mexico en passant par Alès en décembre 2017.

Actuellement repris à Paris au théatre de la Porte Saint Martin.

 

 

Echo du Conseil. HISTORIQUE. 13 avril 2019

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 10 h 07 min

 

Absent à la séance du 10 avril du Conseil Municipal, l’ancien maire Jean Sirvin (socialiste, Union et Dynamisme) avait donné une procuration pour les votes -dont celui du budget- à

William Malavelle (communiste , Clarté et Démocratie).

C’est une hache de guerre enterrée après des dizaines d’années de luttes fratricides. Historique pour la vie politique locale.

Prémices d’un rassemblement ? Ce n’est pas impossible.

Saint Christol lez Alès décline. Le patrimoine communal se délabre. Aucun investissement d’avenir est annoncé. Les associations ne sont pas dotées de moyens suffisants.

La démocratie est inexistante et au Conseil Municipal la majorité est amorphe, sourde et muette.

Pour le bien de la commune il est donc souhaitable de renvoyer Bénézet à ses chères études, à ses travaux de recherche.

Si les composantes de la gauche et tous les progressistes sont convaincus qu’un changement positif passe par leur rassemblement et ont commencé à y travailler, le plus dur est fait.

 

 

Echo du Conseil. L’ANTENNE DÉFINITIVEMENT DÉMONTÉE. 12 avril 2019

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 10 h 27 min

 

L’association s’opposant à l’installation d’une antenne relais au stade des Pensions, avait écrit au maire lui demandant de procéder à une interruption de séance afin qu’elle puisse s’exprimer lors du Conseil municipal du 10 avril, après l’interdiction qui lui avait été faite au Conseil précédent.

J.C. Bénézet n’avait pas daigné répondre, mais les membres de l’association étaient venus nombreux assister à la séance de ce soir là.

Une surprise les attendait.

Dès le début du Conseil le maire intervint solennellement pour déclarer que « grâce à une concertation importante…le projet d’antenne est stoppé. Il n’y aura pas d’antenne. Orange a été averti. »

Quel camouflet il inflige au passage à son premier adjoint qui, avec lui, défendait bec et ongles cette installation.

Mais on a noté le toupet de Bénézet affirmant que l’abandon du projet était le résultat d’une « large concertation »alors qu’avec sa majorité il avait voté l’installation de l’antenne avant

que la population ne reçoive la moindre information.

Il nous a amusés lorsqu’il a suggéré que cet abandon de l’antenne relais venait d’avis donnés en sa permanence par des personnes qui n’étaient pas « ceux qui crient le plus fort ».

Risible. Si les habitants ne s’étaient pas mobilisés contre l’antenne en créant une association, en lançant une pétition, en organisant un débat avec le fondateur de « Robin des toits » s’ils n’avaient pas porté la contradiction au débat « officiel » organisé par le premier adjoint, sans tout cela, l’antenne se serait bel et bien dressée au stade des Pensions.

Mais au fait il était où le maire pendant ces débats ? Il recevait en sa permanence ?

Cette capitulation est le résultat d’une forte opposition au projet qui fit craindre à Bénézet un peu trop de vagues à un an des élections municipales.

Dans ce cadre il faut noter que le maire a refusé la proposition de l’opposition demandant un vote du Conseil annulant celui qui louait le terrain à Orange pour l’installation de l’antenne. Il faudra y penser.

Pauvre Bénézet, il ne fait rien et quand par inadvertance il veut faire quelque chose, comme c’est néfaste pour la commune, les habitants s’y opposent.Ne rien faire, volontairement ou non, c’est vraiment sa vocation.

 

 

La BAISSE des IMPÔTS ce n’est PAS la JUSTICE FISCALE. 10 avril 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 19 h 14 min

 

La restitution du « Grand Débat » par le gouvernement du président-monarque tourne à l’escroquerie.

L’injustice fiscale dénoncée par la grande majorité des citoyens, devient pour le premier larbin, pardon, le premier ministre une « exaspération fiscale » des français, et donc il va baisser les impôts.

Baisser les impôts ? Mais c’est déjà fait !

On peut citer la suppression de l’ISF, l’allègement de la fiscalité sur les revenus du capital, les baisses-subventions sans contrepartie (genre CICE) aux entreprises…Une baisse d’impôts de 40 milliards d’euros au bas mot.

Tout cela pour la seule catégorie des ultra-riches.

« En même temps » Macron a diminué les APL,les aides au logement social et présenté les dépenses sociales comme « un pognon de dingue ».

C’est une guerre sociale sans pareille que mène Macron contre les couches moyennes et les plus modestes. En face de lui, contre ses agressions, pour l’instant, il n’y a que des gilets jaunes.

Cependant si les impôts (de qui?) baissaient, cette nouvelle perte de recettes fiscales serait compensée, disent en cœur ministres et députés « marcheurs » par une « baisse de la dépense publique ». Soit moins de services publics alors que la majorité des citoyens en réclame davantage.

Avec ces baisses d’impôts pour les plus riches et ces baisses de dépense publique au détriment de tous les autres, le pouvoir balaie le besoin de justice fiscale exprimé depuis des mois.

Justice fiscale qui implique  le rétablissement de l’ISF, la suppression des cadeaux fiscaux aux ultra-riches, une imposition normale du capital. Un impôt sur le revenu progressif qui augmente les contributions des hauts revenus, et surtout une baisse notable des impôts indirects (taxes diverse et TVA) qui écrasent les classes moyennes et les plus modestes en faisant que même en travaillant ils « n’y arrivent pas ».

L’impensable selon Macron.

Le gouvernement selon ses vœux a dévoyé nos doléances et transforme nos envies d’égalité, de justice sociale, de mieux vivre, en une nouvelle attaque contre l’Etat social agonisant.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 14 7 avril 2019

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 11 h 32 min

55922080_781668018875558_4733770738694094848_n

 

 

LA POLITIQUE C’EST LUDIQUE. 5 avril 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 11 h 14 min

 

Les dénominations dont s’affublent aujourd’hui les mouvements politiques nous permettent de nous amuser un peu. Par exemple en les mettant bout à bout.

Le Fada Insupportable (LFI) proclame « La France Insoumise ». Pourtant il nous semblait qu’elle s’était soumise, entre autres, au traité européen imposant une concurrence libre et non faussée. Nous avons du nous tromper. Passons.

Si la France est insoumise cela veut dire qu’elle ne s’est pas couchée devant quelque tyran. Si elle n’est pas couchée il est ridicule de crier avec Dupont- Gnangnan « Debout la France ».

En même temps insoumise et debout, elle peut marcher et entraîner la République à la marche. « La  République en Marche » pourra aller facilement jusqu’à la « Place Publique » du nouveau copain des socialos. Ces derniers étant « Verts » de peur à l’idée de se présenter aux prochaines élections.

Une place publique, pour un sondage, c’est mieux qu’un micro-trottoir même si ce n’est peut être pas assez grand pour contenir toutes les « Générations.s ».

Toutes les générations réunies ça donnerait un sacré « Rassemblement. National » ou pas.

Mais la République en ce moment, malgré le Grand blabla, elle ne fonctionne pas très bien, même si on y trouve, chose extraordinaire, « Les Républicains ».

Conclusion : la politique aujourd’hui avec ces différentes appellations, ce n’est plus idéologique, c’est ludique.

D’autres vous diront qu’elles ne veulent rien dire. On ne saurait leur donner tort.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 13. 1 avril 2019

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 13 h 48 min

 

«  En politique ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai. »

Talleyrand

 

 

 

 

LES PETITES PERLES DE MIDI LIBRE (38). 30 mars 2019

Classé dans : LES PETITES PERLES DE MIDI LIBRE,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 02 min

 

Saint Christol «Laids » Alès (vendredi 8 mars)

Un article nous apprend que

« Miss et Mister St-Christol ont été élus.»

Ce moment fort de la vie de la cité était organisé par une association qui est au top : Model’s.

Les candidats faisaient « trois passages sur la scène » où on ne leur demandait pas de déclamer du Racine ou de donner leur avis sur la fonte des glaces car tout était dans le visuel. Ils apparaissaient « En tenues balnéaire, de ville et tenue chic ».

Sur la photo du journal qui,immortalise l’événement, il y a Monsieur Bénézet en tenue indéfinissable. Il devait donc être hors concours.

Puis « ont été proclamés…sous des applaudissements enthousiastes » :

Miss Saint Christol qui est de Rousson,

et Mister Saint Christol, lui étant d’Anduze.

Ce qui nous permet de confirmer que nul n’est prophète en son pays.

De constater qu’à Saint Christol nous n’avons pas l’esprit de clocher.

Et de nous demander si nos jeunes sont trop laids ou bien si les jolies filles et les beau gars de la commune sont assez futés pour éviter ce genre de concours débilitant.

 

Heureusement que ce fut un succès. (jeudi 21 mars)

Un excellent article de la rédaction alésienne rendait compte du « Salon des métiers et du recrutement » à Alès qui « a été un succès ».

« Plus de 2 000 personnes ont poussé ses portes dans l’espoir d’y trouver un travail »

416 postes y étaient proposés, comprenant 110 places en apprentissage et 165 postes d’intérim. Bonjour la précarité !

Contrairement au monde merveilleux du Journal de l’Agglo, c’est un article d’information sérieux qui n’hésite pas à signaler que nous vivons « dans un territoire sinistré par le chômage ».

La parole y était donné à des demandeurs d’emploi qui malgré toute leur bonne volonté n’arrivent pas à trouver une situation stable « Il est vrai que les plus gros pourvoyeurs d’emplois du salon (l’hôtellerie et la restauration) proposent essentiellement des postes saisonniers. » analyse le journaliste.

L’article se termine ainsi ; « …avec les 416 postes proposés sur le salon, la grande majorité des deux milliers de visiteurs seront repartis comme ils étaient venus : sans emploi. »

Heureusement que ce fut un succès.

 

 

 

Echo du Conseil. CONSTERNANT. 28 mars 2019

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 19 min

 

Un mot suffit pour qualifier le Conseil municipal de Saint Christol lez Alès réuni le 14 mars : consternant.

Le mot de trop.

Le « gros morceau » de la séance était le Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) Le mot « orientation » est de trop.

Avec une fiscalité locale sans augmentation, des dotations d’Etat qui vont baisser et le refus du recours à l’emprunt dont les taux sont aujourd’hui au plus bas, tout investissement d’avenir contribuant au développement de la commune est impossible, et effectivement aucun n’est prévu.

L’immobilisme comme choix politique est patent. En conséquence lorsqu’on a décidé de faire du sur place, de ne pas bouger, il n’est pas nécessaire de s’orienter.

C’était donc -phénomène annuel avec la municipalité Bénézet- un débat sans orientation.

Quand la municipalité bafoue son propre programme.

Du programme hyper léger de la majorité municipale, il n’est sorti en 5 ans qu’une fête votive supplémentaire pour la saint Christophe et les coûteuses caméras passives et d’autant plus inutiles qu’étant installées en centre ville elles ne regardent pas là où se déroulent les cambriolges, principal fléau de la commune.

A part ça dans le paragraphe intitulé « Instaurer une proximité efficace par l’écoute et le dialogue » il y avait deux engagements forts :

D’abord « Informer en toute transparence sur les actions de la commune. »

Or pour l’antenne relais au chemin des Pensions, Bénézet en a fait voter l’installation par le Conseil, avant que la population ne l’apprenne. Où est passée la transparence ?

Puis « Etre à l’écoute des habitants et répondre à leurs demandes avec réactivité. »

La population concernée par cette implantation demande donc l’abandon de ce projet (risques pour la santé et dépréciation notable des biens immobiliers) mais une réactivité favorable aux administrés se fait attendre.

Quant à l’écoute on ne l’a pas vue à ce Conseil où le maire a refusé toute interruption de séance pour donner la parole aux habitants, séance qu’il a levé brusquement ; ce qui rend compte de sa conception particulière de l’écoute de la population et de la démocratie.

Il y a loin de programme à la pratique.

Une antenne pour les investisseurs.

Pour justifier son entêtement quant à l’érection de cette gigantesque antenne, il a déclaré en Conseil qu’elle « est une nécessité afin de permettre à la commune d’attirer des entreprises… »

Waouh. On imagine le PDG d’Airbus et Monsieur Mittal (d’Arcelor) qui dansant sous les flons flons de la saint Christophe et apercevant l’antenne décideraient illico d’installer qui une usine, qui une fonderie le long du ruisseau de la cave.

Plaisanterie mise à part, pour dire qu’une antenne relais va attirer les investisseurs il faut penser que ses administrés sont des imbéciles ou être incompétent. A vous de voir , car de l’antenne relais, les entreprises n’en ont rien à faire, vu qu’on leur installe le cable.

Consternant tout ça.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 12. 26 mars 2019

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 7 h 58 min

 

« Le peuple a toujours raison parce qu’il sait qu’il est coupable. »

Fiodor Dostoïewski

 

123456...157
 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement