AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 

Les M.M.M. (8) RIDICULE, DANGEREUX, MÉPRISANT. 2 septembre 2018

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 11 h 41 min

 

Les français sont « des gaulois réfractaires au changement ».

C’est lors d’un discours officiel devant la reine du Danemark que le président/monarque Macron a tenu ces propos ridicules.

Ridicules car il y a bien longtemps qu’il n’y a plus de gaulois dans l’hexagone.

Au cours des siècles nous sommes devenus le peuple le plus « mélangé » le plus « sangs mélés » du monde.

Admettons l’origine gauloise du pays où ont débarqué des phéniciens et des grecs. Puis les romains en ont fait des gallo-romains. Les grandes invasions venues de germanie nous valent le royaume wisigoth dont la première capitale au Vème siècle est Toulouse. Tiens voilà les francs qui réduisent ce royaume à la Septimanie chère à feu Frèche.Puis

viennent les arabes au sud. Les vikings débarquent au nord.

Aux deux siècles précédents se succèdent les immigrations économiques et politiques : italiens, espagnols, belges, polonais… pendant que le développement industriel en appelle à la main d’oeuvre coloniale : peuples du magrehb des antilles et d’Asie…N’oublions pas qu’il y a aussi des français corses, basques, bretons…

Nous sommes issus de tous ces apports, de ce brassage continuel, de ces « mélanges » qui ont construit un pays, une nation, qui ont pu être grands. Et c’est un contrat politique qui a uni tous ces peuples pour n’en faire qu’un seul dans le cadre d’une République laïque.

C’est cela qu’un président responsable doit mettre en avant dans les rencontres internationales plutôt que des « gauloiseries ».

Macron est d’autant plus ridicule que répondant à la question d’une danoise il affirma que « le vrai danois n’existe pas ». Comprend qui peut ou comprend qui veut avec cet homme qui dit tout et son contraire.

Mais son propos est également dangereux.

En ce moment de montée de la xénophobie, de volonté de repli « identitaire » de la droite dure et de l’extrème droite, le président dérape, leur donne du blé à moudre :

Le lundi devant les ambassadeurs il applaudit « le retour de l’identité des peuples »

Le mercredi à la cour du Danemark « Les français sont des gaulois ». Doit-on en conclure que ce qui n’est pas gaulois n’est pas français ?

Et le jeudi il déclare « Je les aime ces tribus gauloises ». Pour les autres tribus citées plus haut on ne sait pas. Il paraît que là il faisait de l’humour. Mais pour un président de la République c’est un humour douteux sur lequel pourra s’appuyer le racisme latent ou apparent qui aujourd’hui mine et gangrène la société française.

Remarquons maintenant la façon dont il s’exprime.

Il y a un an à Bucarest il regrettait que « Les françaises et les français détestent les réformes ». Cette année « Les français sont des gaulois réfractaires au changement ».

Il ne dit pas « les français nous sommes… » Délibérément, à l’étranger, il se situe au dessus et différent de ses concitoyens qu’il dénigre.

Intolérable mépris pour ces français qui l’on élu, d’autant que pour la plupart il s’agissait alors, pensaient-ils,d’éviter le pire.

Quant au récit sur les français réfractaires au changement, c’est devenu pour Macron l’histoire de l’arroseur arrosé. En effet le seul membre du gouvernement qui avait la volonté d’un réel changement politique, Nicolas Hulot, vient de démissionner laissant entendre que c’était parce que le monde de Macron n’a rien de nouveau, ne change rien justement.

Ce qu’il appelle « réforme » n’est que régression à tous les niveaux. Chacun s’en rend compte dans la vie quotidienne.

 

 

 

HONNETE, DESESPERE, NAÏF 30 août 2018

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 15 h 22 min

.

Le matin du 28 août, Nicolas Hulot, ministre d’Etat chargé de l’écologie, a annoncé sa démission à des journalistes médusés.

En écoutant ses explications qui, à son corps défendant peut-être, cassent la « macronie » on entend un honnète homme désespéré et naïf.

« Je ne veux plus me mentir …(devenir) cynique…Je me suis surpris à des moments à abaisser mon seuil d’exigence. »

« C’est une accumulation de déceptions. C’est surtout que je n’y crois plus. »

Et ce parler vrai, cette honnèteté rare et cette démission, trouvent au fond leur génèse dans ce constat de l’action de Macron «  on s’évertue à réanimer un modèle économique qui est la cause de tous ces désordres » C’est à dire « La planète en train de devenir une étuve… nos ressources naturelles s’épuisent… la biodiversité fond comme neige au soleil… » !

Nicolas Hulot est aussi un homme désespéré, par sa solitude au gouvernement et ces échecs continus qui démontrent qu’on ne peut être en « même temps » un libéral probusiness et un écologiste proplanète 

« Avons -nous commencé à réduire nos émissions de gaz à effet de serre ? Non. Avons- nous commencé à réduire l’utilisation des pesticides ? Non. Ou à enrayer l’érosion de la biodiversité ? Non.

« Où est passée la taxe sur les transactions financières qui était le minimum pour tenter d’aider l’Afrique ?

Il dénonce cet entêtement à préserver le nucléaire « cette folie inutile » ;

Quand à la puissance des groupes d’intérêts du nucléaire aux chasseurs en passant par l’agro-industrie « leur présence dans les cercles du pouvoir » l’amène à se demander «  Qui a le pouvoir ? Qui gouverne? »

Tous les espoirs de Nicolas Hulot se sont effondrés. Mais il a été bien naïf de croire à un moment et si longtemps qu’il était Macron-compatible en défendant sincèrement l’écologie, la planète. Il voulait une décroissance énergétique et une forte intervention publique alors qu’il n’est question pour le président que de croissance industrielle et de libéralisme économique

« Vous êtes le vieux monde, dit en somme Nicolas Hulot à Emmanuel Macron et à la petite troupe qui l’accompage, alors même que l’urgence en réclame un nouveau à l’opposé de ce que vous incarnez : obsession de la croisance, de l’accumulation, de la consommation ; défense de la concurrence, du chacun pour soi, de l’enrichissement égoïste ; attaque contre tout ce qui fait tenir ensemble une société… » analyse Edwy Plenel dans Médiapart.

Au fond comme le disaient des proches de Macron, Hulot n’était qu’une « belle prise » ils pensaient que le pouvoir l’ennivrerait et le rendrait cynique. Mais finalement il n’a eu pratiquement aucun pouvoir, et il est resté honnète ne voulant plus se mentir et nous tromper.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 34 26 août 2018

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 14 min

« Être populiste signifie que vous vous adressez aux peurs de la  population.

Vous nourrissez ces peurs avec des promesses vides, dans le  seul but de gagner le pouvoir.

C’est ça le populisme, et ça ne peut être  de gauche. »

Yanis VAROUFAKIS

 

 

BAISSE de la DÉPENSE PUBLIQUE et PRIVATISATIONS… nous CONDUISENT à GÊNES. 25 août 2018

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 13 h 08 min

 

Le viaduc qui s’est effondré le 14 août à Gênes, entrainant la mort d’une quarantaine de personnes, faisait partie d’une autoroute gérée par une société privée : Autostrade per Italia, filiale du groupe financier Atlantia.

Sans cette catastrophe la presse n’aurait plus parlé de l’audit remis en juin au ministère français des transports. Audit, réalisé par deux sociétés suisses, qui constate qu’un tiers des ponts de notre réseau routier sont à réparer, dont 7% présentent un risque d’effondrement.

Cette étude estime qu’il faudrait que l’Etat affecte plus d’un milliard d’euros par an à l’entretien et aux réparations du réseau routier pour enrayer sa dégradation, soit 400 millions de plus que ce qu’il y consent.

Mais comme nous le savons, avec Hollande puis Macron, ce qui importe avant tout c’est la baisse de la dépense publique, pas les ponts.

Le Conseil national des infrastructures (COI) présidé par le socialiste Philippe Duron, est depuis longtemps conscient du problème. Dans son rapport remis au gouvernement le 1er février, comme solution au probléme il préconise entre autres « La concession d’une partie de ce réseau au privé ».

Réduction et Privatisation. Nous avons là les 2 piliers, pas d’un pont, mais de la politique menée depuis plus de 10 ans.

Réduction de la dépense publique.

Ce serait pour payer La dette, réduire les déficits, nous rappellent en boucle toutes la chaines de télévision, car les caisses sont vides comme le répétaient, par exemple Valls et Fillon.

La vrai cause de cette baisse imposée étant les réduction d’impôts pour les hyper-riches les multinationales et les sociétés financières qui s’accumullent depuis plus de 30 ans. En conséquence les recettes publiques sont devenues insuffisantes pour maintenir l’Etat social.

Privatisation des biens et des services publics.

Elle est l’issue, sinon le but, de la baisse de la dépense publique.

En mettant moins de moyens dans les services publics le gouvernement crée un mécontentement dans la population qui finira par croire que la privatisation est justifiée.

Globalement les services et les infrastructures publiques sont alors cédées aux multinationales qui -doubles gagnantes- ont bénéficié des baisses d’impôts.

Il y a même des privatisations que le gouvernement ne parvient pas à justifier, exemple la Française Des Jeux, sinon pour satisfaire la finance dont Macron est issu.

Il en résulte une différence fondamentale.

-Le service public a pour mission de répondre aux besoins des citoyens, c’est une forme de redistribution de la richesse collectivement produite, un facteur d’égalité pour l’enseignement, la santé, la sécurité….(théoriquement du moins)

-La grande entreprise privée a pour but le profit, la répartition de dividendes substanciels à ses actionnaires. Le citoyen devient un client qui sera servi en fonction de ses possibilités financières

Ces choix politiques qui avec la baisse des dépenses publiques nous entrainent vers les privatisations nous conduisent à Gênes.

Revenant sur ses propositions de février, Philippe Duron a déclaré en août, le viaduc de Gênes venant de s’effondrer, « Je ne suis pas sûr que concéder ces routes au privé soit politiquement acceptable ».

 

 

 

LES PETITES PERLES DE MIDI LIBRE (32) 22 août 2018

Classé dans : LES PETITES PERLES DE MIDI LIBRE,Toutes — agir ensemble 30380 @ 7 h 01 min

 

Déception (15 août)

Lorsqu’on lit qu’il y a une vague de violences ethniques au Mali, on imagine que les touaregs et les autres tribus du pays se trucident allègrement ce qui permet à Hollande, puis à Macron, d’occuper leurs armées en les envoyant y mettre leur grain de sel.

Lorsqu’on nous informe d’une vague d’attentats en Corse, on sait que sur l’ile de beauté d’ irréductibles nationalistes ont posé quelques bombes sur des symboles de la « colonisation » française : gendarmeries, préfectures et autres monuments….

Si bien qu’en voyant le 15 août, en première page de Midi Libre, un bandeau ainsi libellé,

« ALES VAGUE DE VIOLENCES CONJUGALES AU TRIBUNAL »

il nous était difficile de cacher notre exitation.

On voyait déjà un juge nerveux mettre une raclée à son épouse, un couple d’avocats opposés sur la même affaire en venir aux mains, une huissière de justice tabasser son époux pour un motif futile…

Enfin la preuve était donnée, grâce à cette « vague » que les violences conjugales touchaient toutes les couches de la société, ici classes moyennes supérieures et professions libérales, comme l’affirment certains sociologues et diverses études sur le sujet.

Vite, on va lire l’article en page 5.

Quelle déception !

Point de « vague de violences conjugales au tribunal » mais à la place « Une salve d’affaires

portant sur des violences conjugales » Ce « portant » changeait tout.

Plus question de juges, avocats, procureurs, huissiers se défoulant sur leurs conjoin(e)s

Réflexion faite nous n’aurions pas du nous faire avoir par le titre racoleur du journal, sachant qu’il s’agissait d’un milieu où l’on n’aime pas trop faire des vagues.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 33. 21 août 2018

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 10 h 28 min

 

 

« L’été qui s’enfuit est un ami qui part. »

Victor Hugo

 

 

A lire absolument le : « TRAITE d’ECONOMIE HÉRÉTIQUE ». 18 août 2018

Classé dans : LECTURES,Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 02 min

 

Les amis de Macron disent tellement de mal de Thomas Porcher, docteur en économie à l’université Paris I Panthéon Sorbonne et membre des Économistes atterrés, qu’ils nous ont donné envie de lire son « Traité d’économie hérétique » pour « En finir avec les discours dominants ».

Après lecture on comprend que ceux que Macron fait marcher soient contrariés car l’auteur tord le coup aux soit-disant vérités économiques qui justifient une politique favorable à la finance, aux multinationales au détriment de 90% de la population.

Ce traité d’une lecture facile est captivant, il peut s’emmener à la plage et démontre que l’économie c’est pas sorcier même si l’ouvrage est complet, argumenté, chiffré et rabat le caquet de bien des experts.

On y comprend que l’économie n’est pas une science car « La création de richesse et sa répartition constituent la base de l’économie qui n’est, en réalité, qu’un moyen pour justifier que certains aient droit à une plus grande part du gâteau (collectivement créé) que les autres. »

« Le but de l’ouvrage est de fournir une grille de lecture différente des politiques libérales engagées depuis plus de trois décennies – prônées par Emmanuel Macron- et d’offrir un contre-argumentaire . » 

Il y réussit tout au long de châpitres décapants comme

- Dépense publique pourquoi tant de haine ,

- La finance, faux ami de l’entreprise

- L’épouvantail de la dette

- La casse du modèle social:pourquoi un tel acharnement ?

- Le mythe de la réussite individuelle

- Marché du travail: des réformes libérales sans fin et sans succès

- La soumission volontaire etc…

« Il appartiendra ensuite au citoyen de s’emparer de ces arguments, de questionner, de vouoir débattre et de ne plus jamais accepter comme une fatalité ce qu’on lui propose»

Mais ceci est une autre histoire

 

 

Les Méfaits du Macron Menteur (7) NOUVELLE DEVISE. 17 août 2018

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 41 min

 

Le vendredi 10 août, le navire des ONG Médecins sans frontière et SOS Méditerranée, l’Aquarius, a secouru au large de la Lybie 141 personnes qui se trouvaient à bord de deux barques en bois. La moitié d’entre eux étaient des mineurs, un tiers des femmes originaires de Somalie et d’Erythrée.

Les ONG ont appelé les Etats européens « à prendre leurs responsabilités ».

L’Elysée a répondu avec humour « nous sommes en discussion avec les pays concernés » et en « même temps » avec cynisme « les ports français ne sont pas les plus proches » Ce qui était un refus par rapport à la proposition d’accueil du président du port de Sète.

Que la France, par la voix de son président de la République, refuse d’accueillir spontanément 141 réfugiés en détresse en dit long sur la dégénérescence de nos valeurs républicaines.

Il y a quelques jours le maire d’une commune d’Occitanie -ce n’est pas celui de Beucaire- rappelait qu’en 1939 la France avait accueilli 440 000 réfugiés espagnols, et qu’il y a aujourd’hui, entre autres origines étrangères, 4 millions de français d’origine italienne. Le 10 août il était question de 141 personnes.

Et que le maire -de beaucaire cette fois- le dénommé Sanchez, ne vienne pas nous redire que l’intégration des réfugiés actuels pose un problème particulier par rapport à celui de ses parents. La seule différence étant d’ordre religieux cela voudrait dire que nous ne sommes plus un pays laïque mais un Etat chrétien qui rejette ou combat les autres religions : islam, boudhisme, judaïsme, polythéïsme etc, etc

Or depuis 1905 notre Etat est neutre, séparé de toutes les religions qui sont toutes sur un même pied d’égalité et limitées au domaine privé.

Malgré ce, accueillir ces 141 fuyant guerre et famine n’était pas possible. Tombe ainsi le troisième pan de notre devise républicaine, la Fraternité.

Macron ayant déjà mis à mal les libertés politiques et l’égalité sur la répartition des richesses produites, une nouvelle devise s’impose.

Adieu Liberté Egalité Fraternité.

C’est au tour d’ignorance, égoîsme et lâcheté.

 

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 32. 12 août 2018

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 08 min

 

 

« L’été se marque non moins par ses mouches et ses moustiques que par ses roses et ses nuits d’été. »

 

Marcel Proust

 

 

L’INCIDENCE ECONOMIQUE DES MIGRANTS. 9 août 2018

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 15 h 59 min

 

C’est bien mystérieux.

Que ce soit ceux qui veulent rejeter les migrants à la mer, les Valls, Collomb, le Pen, parce qu’ils craindraient une « submersion ».

Que ce soit les économistes chatouilleux comme ceux de la cour des comptes, si pointilleux sur la dépense publique qu’il faut toujors réduire en réduisant les dépenses sociales, donc l’accueil de réfugiés…

Pas un de tous ceux-là ne met en avant une étude sérieuse sur l’impact économique des immigrés.

Ce serait pourtant un argument irréfutable pour construire un mur le long de nos plages si ces gens n’apportaient, statistiques à l’appui, que ruine et désolation.

Le plus surprenant est que de nombreuses études sur ce sujet ont été publiées par des organismes des plus sérieux de l’OCDE à l’université de Berkeley, mais il faut vraiment aller les chercher. En conséquence saluons la synthèse qu’en fait la journaliste Marie Charrel (Le Monde 27.07.18). Extraits.

« Si l’on s’en tient au produit intérieur brut (PIB) l’effet est clairement positif : les migrants consomment et se logent, ce qui contribue mécaniquement à l’activité .Et lorsque de l’argent public est dépensé pour accueillir les réfugiés, il est aussitôt réinjecté dans l’économie. L’équivalent en somme d’une relance keynésienne.

Les études de Davidc Card, économiste à Berkeley font référence. Ils établissent qu’en 1980, l’arrivée à Miami de 125 000 cubains expulsés par Fidel Castro n’a pas fait exploser le chômage ni fait plonger les salaires. Ces deux indicateurs ont évolué de la même façon que quatre autres villes témoins.

Selon le rapport publié mi-juin par l’OCDE, l’afflux de réfugiés dans l’UE depuis 2015 devrait se traduire par une hausse de 0,4% en moyenne de la population en âge de travailler : 1% pour l’Allemagne et la Suède, 0,15% en France. Des ordres de grandeur trop faibles pour bouleverser en profondeur le marché du travail et les salaires.

Les réfugiés occupent souvent une partie des postes non pourvus car boudés par les locaux..

Surreprésentés dans les catégories en âge de travailler ils contribuent dès lors aux financements des infrasrtuctures et des retraites.

En 2017, 538 000 demandeurs d’asile ont obtenu protection dans l’Union Européenne selon Eurostat (25% de moins qu’en 2016)

En 2017 le nombre des décès (5,3 millions) a dépassé celui des naissances (5,1) dans l’UE, selon Eurostat, sans l’immigration le nombre total d’habitants (513 millions) aurait reculé. »

Voilà des études qui reprises par nos dirigeants et largement diffusées éviteraient bien des crispations.

Et n’est-il pas étonnant que pour la mise en place de politiques antisociales il est toujours fait référence à l’économie.

Tandis que pour la politique en (dé)faveur des migrants, l’économie est ignorée.

Conclusion : De Macron à Le Pen, en passant par leurs lieutenants, tout n’est que manipulations.

 

12345...145
 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement