AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 

Echo du Conseil. Les INAUGURATIONS à la DÉCOUPE. 3 novembre 2018

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 23 min

 

Nous connaissions les ventes à la découpe, maintenant grâce à la municipalité Bénézet de Saint Christol nous découvrons les inaugurations à la découpe.

En page locale de Midi Libre un gros titre : « Inauguration de la ZAC de Valès »

qui avait eu lieu le 22 octobre 2018 !

Notre étonnement fut grand car la ZAC de Valès il nous semblait qu’elle avait été inaugurée il y a plusieurs années.

Rendez-vous compte, au début du siècle le projet avait été lancé par Suzanne Coulet adjointe à l’urbanisme, et Jean Sirvin, maire. Les tranches 1 et 2 étaient achevées lors du mandat de Philippe Roux. Une inauguration aujourd’hui est pour le moins bizarre.

On lit l’article et on apprend que Bénézet inaugurait une troisième tranche qui n’est que la mise en vente par le promoteur de terrains viabilisés.

Nouvelle invention de la municipalité de Saint Christol : on découpe en tranches les inaugurations.

Ce n’est pas bête, cela permet de re-inaugurer ce que les autres avaient mis en route. Ce qui est bien pratique quand on a soi-même pas fait grand chose.

Cette invention peut rendre une réalisation très rentable en termes de communication.

Ainsi par exemple si, ô miracle, les nouveaux vestiaires du Rouret voient le jour, le maire pourra d’abord inaugurer le vestiaire de l’équipe locale. Quelque temps après se sera au tour de celui des visiteurs. L’année suivante il coupera le ruban qui permettra d’accéder aux douches et avant la fin du mandat il inaugurera les cabinets.

Evidemment il faudra attendre la pose de la première pierre. C’est pas gagné.

 

 

Les 4 Escroqueries Politiques Majeures. 2 LA DETTE PUBLIQUE. 2 novembre 2018

Classé dans : Non classé,Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 04 min

 

S’il est bien quelque chose que la « classe politique » et les médias répètent en boucle pour nous affoler, c’est le niveau, soit disant insupportable, de la dette publique.

A ce propos François Fillon disait en 2007 « Je suis à la tête d’un Etat en faillite » et Bruno Le Maire en 2017 parlait de « la prison qui va peser sur les générations futures » Notre dette atteignant 99% du Produit intérieur brut.

Là est le piège, l’escroquerie, la dette publique est toujours comparée par le pouvoir en place à la richesse produite sur une année alors qu’il faudrait la comparer au patrimoine de la Nation. C »est comme pour un ménage, le montant d’une dette sans prendre en compte son patrimoine ne signifie rien.

Dans son ouvrage « le capital au XXIè siècle » Thomas Piketty a calculé que le total du patrimoine financier et immobilier, public et privé de la France représente 17 années de PIB. Qui pourrait se plaindre d’avoir un patrimoine 17 fois supérieur à ses dettes ? Pour cet économiste, que les politiques ne veulent pas écouter, ce n’est pas d’un passif qu’hériteront les générations futures mais d’un patrimoine net.

La différence avec les ménages c’est que l’Etat, lui, ne meurt pas. Ses remboursements peuvent donc s’étaler sur un temps très long. On peut par exemple citer le Trésor britannique qui a terminé de rembourser en 2015 des obligations émises en 1720.

L’urgence du remboursement d’une partie de la dette à l’échelle d’un quinquennat, qui plus est dans une période de faible croissance, est donc stupide, affirme justement Thomas Pocher dans son « Traité d’économie hérétique » Il y pose une bonne question : faisons nous réellement un cadeau aux générations futures, si sous prétexte de rembourser un part de dette, nous leur léguons un pays avec des écoles ou de hôpitaux sans moyens ? Des remboursements de dépenses maladies et des retraites réduits ? Des infrastructures délabrées faute d’investissement ?

Parallèlement en France la dette privée s’élève à 130% du PIB ce qui prouve que les ménages et les entreprises ne sont pas mieux gérés que l’Etat.

Avant la crise de 2007 l’Espagne avait une dette publique de 40% du PIB, ce qui en faisait une bonne élève de la Commission européenne. Mais sa dette privée atteignait 317% du PIB due à la « bulle immobilière » qui allait exploser en mettant l’Etat sur la paille pour sauver les banques. En France lors de la crise financière de 2007 là aussi pour sauver les banques, l’Etat, autrement dit le contribuable, est intervenu ce qui fit instantanément passer la dette publique de 65% à 80% du PIB.

Mais si l’augmentation de la dette était un véritable problème qui met en danger l’ensemble des français :

  • pourquoi les gouvernements successifs ont-ils baissé de 130 milliards d’euros les impôts entre 2000 et 2010, contraignant ainsi le Trésor Public a emprunter davantage.
  • Pourquoi la Commission européenne ne condamne-t-elle pas les paradis fiscaux en Europe qui permettent à plusieurs dizaines de milliards d’euros par an (l’équivalent des annuités de la dette) d’échapper au budget français ?
  • -Pourquoi Emmanuel Macron offre-t-il une réduction d’impôts de 22 à 24 milliards aux ménages et aux entreprises les plus riches ?

La réalité est que la dette importe peu. Elle n’est qu’un épouvantail pour mettre en place des politiques libérales visant à réduire la place de l’Etat dans l’économie, Un prétexte, grâce à ce rapport trompeur au PIB, pour appliquer des politiques d’austérité.

 

N.B. D’autres aspects de la dette publique sont abordés dans l’escroquerie n°1 « La dépense publique »

 

 

Citation de la semaine 43 28 octobre 2018

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 12 h 46 min

« Quand le citoyen-écologiste prétend poser la question la plus dérangeante en demandant : « Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ? » il évite de poser cette autre question, réellement inquiétante : « À quels enfants allons-nous laisser le monde ? » »  

Jaime SEMPRUN

écrivain, essayiste

« L’abîme se repeuple. » 1997

 

 

FRANCOPHONIE GREAT AGAIN (2) DEUXIÈME SEMAINE.

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 12 h 31 min

 

 

Deux semaines après le sommet de la francophonie la lecture de la presse francophone nous permet de poursuivre l’histoire commencée avec great again 1.

 

Une strat up adepte du naming organisait dernièrement un job dating pour des pro-business préservés du burn out, ces dernirs revenant d’un escape game.

Parmi eux quelques hipsters pratiquaient le bashing pour les has been, poussant même jusqu’au name and shame.

Mais ce soir là leur coach fut victime d’un home jacking par un dealer manquant de cash flow, au moment où il faisait du streaming sur son home cinéma. Ce qui le traumatisa davantage que le spread des emprunts italiens.

Oh my god !

 

 

Echo du Conseil. La MAJORITÉ toujours assoupie S’ALIGNE SUR UNE COLONNE. 26 octobre 2018

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 30 min

 

Pas grand chose à retenir du Conseil municipal de Saint Christol qui s’est tenu le mardi 16 octobre.

Toujours le même enthousiasme du côté de la majorité municipale où seuls s’expriment le maire et les adjoints concernés par un point de l’ordre du jour (ce soir là ceux aux finances, à l’urbanisme et à l’environnement). Les autres siègent sans parole. Cette apathie est consternante.

D’une indemnité au Receveur prévue par la loi à la décision modificative n°2 qui ne change rien au budget quant au fond en passant par une intercommunalité dont on n’apprend jamais grand chose sinon l’annonce d’une réunion prochaine, rien ne rehaussait le menu de cet après souper fade au possible.

On notera que le projet de 58 logements sociaux au Chemin des Perdrix a évolué.

Lors de sa présentation à un précédent Conseil, Suzanne Coulet avait déjà regretté « l’absence de mixité sociale comme cela avait été fait (parr l’ancienne municipalité) au lotissement du château ».L’opposition avait également déploré qu’il était convenu que les unités de logements sociaux ne dépasseraient pas 30 à 35 logements.

L’opposition a été partiellement entendue. Le nombre de logements s’établira à 48.

Le septième et dernier point de l’ordre du jour concernait un « bail avec la société Orange pour l’implantation d’équipements techniques destinés à la diffusion de la téléphonie mobile en 4G».

Ce sera une colonne de 29 mètres de haut implantée au stade des pensions.

Contrairement aux affirmations de la municipalité la dangerosité de ces équipements techniques pour la santé des riverains n’est pas exclue, et de nombreux procès ont cours en France intentés par l’association Robin des Toîts.

L’opposition proposait en conséquence d’organiser une concertation avant l’installation, avec en particulier une confrontation entre les opérateurs de téléphonie et Robin des Toîts en présence des riverains.

Dans le compte rendu que Midi Libre a fait de cette séance quatre jours plus tard il y a ce titre « Les élus d’opposition demandent une consultation préalable de la population. »

Bizarrement dans l’article il n’est pas dit que cette demande a été rejetée par Bénézet et ses muets.

La municipalité informera la population après la signature du bail.

Comme si la population n’allait pas voir ce gros tube d’une trentaine de mètres de haut !

 

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 42 21 octobre 2018

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 39 min

« Jean-Luc Mélenchon ne permet pas à une gauche intelligente d’émerger. »

Raphaël GLUCKSMANN

Essayiste

20 octobre 2018

 

 

 

LES PETITES PERLES DE MIDI LIBRE (34). 17 octobre 2018

Classé dans : LES PETITES PERLES DE MIDI LIBRE,Toutes — agir ensemble 30380 @ 15 h 44 min

 

Des taureaux sous influence (lundi 1 octobre 2018)

Un long article rapportait ce jour là une manifestation taurine à Saint Christol.

L’article soulignait « La paresse ou la fatigue des taureaux qui… ont montré une réticence à sauter sur la piste alors que les attapaïres les sollicitaient avec force gestes. Les manadiers, juchés sur les bétaillères, ont déployé tous leurs efforts pour les y inciter. »

Cette manifestation « s’est déroulée derrière la maison pour tous » à deux pas de la mairie.

Il est donc incontestable que les bêtes à cornes influencées par la proximité de l’Hôtel de Ville aient reproduit l’attitude de la majorité municipale caractérisée par son immobilisme et son inaction. Les « bious » ne voulaient pas déplaire à nos édiles.

Tout de même « l’un des taureaux plus vaillant et plus leste que les autres s’est rué au sommet des bottes de foin. » Il devait représenter l’opposition.

Avec la page locale du journal le premier octobre nous avons donc eu droit à un long article où il se passe rien.

Tout bien réfléchi c’est mieux qu’un article court où ça se passe mal

 

 

FRANCOPHONIE GREAT AGAIN. 16 octobre 2018

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 9 h 00 min

 

Une start up adepte du naming organisait dernièrement un job dating pour des pro-business préservés du burn out, ces derniers revenant d’un escape game.

Phrase bricolée avec des termes lus dans la presse française, en particulier Midi Libre le jour même où se clôturait le sommet de la francophonie. Oh my god !

 

 

Les Méfaits du Macron Menteur (10) VU DANS LA PRESSE. 15 octobre 2018

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 18 min

 

Le Monde n’est pas un journal d’Extrême gauche, aussi il faut vraiment que la politique de Macron soit inégalitaire pour que le 13 octobre il titre sur toute une page :

« Les ultrariches, grands gagnants de la fiscalité Macron »

« Le pouvoir d’achat des ménages les plus modestes reculera sous les effets cumulés

des budgets 2018 et 2019 »l

Le journal s’appuie sur « l’Institut des politiques publiques » (IPP) un organisme de recherche indépendant qui a publié le jeudi 11 octobre une évaluation approfondie des conséquences des mesures fiscales et sociales contenues dans les deux premiers budgets du président Macron.

Les conclusions sont sans appel, « les effets cumulés des réformes 2018 et 2019 mèneront à une perte de pouvoir d’achat de 1% pour les 20% de français les plus modestes. »

« Pour les 60% de ménages intermédiaires il y aura un gain jusqu’à 1% »

Mais pour eux la baisse de la taxe d’habitation peut avoir un effet pervers. En 2018 on compte déjà 6027 communes qui ont augmenté leurs taux de telle façon que la taxe d’habitation augmente quand même. De plus si cette année l’Etat compense la perte financière des communes, on ignore ce qu’il en adviendra en 2019.

Comme il en a l’habitude, on peut supposer que l’Etat va se désengager, si bien que des dépenses assumées jusqu’alors par les communes seront à la charge directe des individus, les collectivités ne pouvant plus faire face.

Au dessus les 19% plus aisés perdront 1% Pas plus que les plus pauvres; ce qui prouve encore une fois que notre fiscalité n’est pas progressive.

D’autant qu’au sommet de l’échelle sociale les « 1% de ménages ultrariches verront leurs revenus dopés de près de 6%. »

« Emmanuel Macron a choisi de donner la priorité à l’image d’une France pro-business » résume Antoine Bozio le directeur de l’IPP.

Plus qu’une image c’est la réalité d’une politique de classe qui fait de l’inégalité le caractère essentiel du « nouveau monde » de Macron  

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 41 14 octobre 2018

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 13 h 21 min

« Qui prend son temps n’en manque jamais. »

Mikhaïl BOULGAKOV

 

12345...148
 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement