AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 

S’il était le président de tous les français… 8 mai 2019

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 13 h 41 min

 

Hausse du prix de pétrole : les prix des carburants à la pompe s’envolent.

En moyenne le litre de gazole coûtait 1,47 euro le litre le 6 mai, pendant que le sans plomb 95 atteignait 1,58 euro le litre, un record depuis 2013.

60% de ces prix sont constitués par des taxes.

Une fiscalité qui touche durement le pouvoir d’achat des plus modestes et de tous ceux qui n’ont d’autre choix que d’utiliser leur voiture pour aller travailler, ceux-ci comptant 20 millions de personnes.

Si Macron était le président de tous les français,

si son « Grand Débat » n’avait pas été qu’une mascarade,

et s’il voulait améliorer notre pouvoir de vivre, il n’aurait pas hésité à baisser les taxes sur les carburants. Ou bien à mettre en place une taxe flottante qui diminue lorsque le pétrole brut augmente, un système qu’avait mis en place le gouvernement Jospin.

Ces pertes de recettes fiscales auraient pu être compensées par le rétablissement de l’ISF et la suppression de la « flat tax » sur le capital.

Ce serait là des choix politiques favorables à 90% de la population.

Mais voilà, Macron défend sa classe sociale : les 10% restant. Pas question de toucher à la richesse des uns et aux taxes pour tous.

Le sommet de ce mépris de classe a été atteint par la porte-parole du gouvernement, Madame Ndiaye, qui en réponse aux difficultés des gens normaux a expliqué sur France 2 « Ce que montre cette hausse, c’est qu’il n’y a pas un problème de taxe, il y a un problème de dépendance au pétrole. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons inciter les français à changer de voiture lorsqu’il en ont la possibilité… »

Dommage que de notre côté nous n’ayons pas la possibilité -pour l’instant- de changer de président et de gouvernement.

 

 

Les M.M.M.(18) MACRON TEL QU’EN LUI-MÊME. 28 avril 2019

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 11 h 48 min

 

Lorsqu’il a été demandé à Benoit Hamon comment il définirait Macron en un seul mot, il a dit sans hésiter « Menteur ».

Cela nous ait apparu évident. D’où la rubrique « les Méfaits du Macron Menteur ».

Ce n’est pas sa conférence de presse du 25 avril qui nous fera changer d’avis.

Par exemple il s’est engagé à ne plus fermer d’écoles et d’hôpitaux, mais il y aura des « aménagements » c’est à dire des suppressions de classes pour les unes et de services pour les autres.

Il a assuré que ces 5 mois de crise l’avaient « changé » mais les « transformations ne doivent pas être arrêtées » donc s’il a changé il ne change rien à sa politique d’austérité produisant toujours plus d’inégalités sociales.

Il a voulu nous faire croire que la cause de tous les problèmes c’est « l’impatience » des français qui veulent que « ses transformations » aillent plus vite.Il va donc accélérer le mouvement et poursuivre au pas de charge ses réformes néolibérales.

Il pervertit notre demande de justice fiscale en baissant l’impôt sur le revenu, mais pas les taxes comme la TVA, et comme il ne touche pas aux avantages qu’il a donné aux ultra-riches, ne revenant pas à l’ISF, il rognera encore sur la dépense publique, facteur de redistribution et d’égalité.

Pour le plein emploi il faudra attendre 2025, en attendant ceux qui travaillent devront travailler plus.

On se demande comment il mettra en place dans chaque canton une Maison France Services en supprimant 120 000 fonctionnaires.

Au journal en ligne Médiapart qui voulait interpeller le président à propos des violences policières et les centaines de blessés ou mutilés comptabilisés depuis 5 mois, il n’a pas été donné de micro au moment des questions au président.

Mais il a pris « conscience de l’épaisseur des vies » et veut « reconstruire l’art d’être français ». Autant de phrases creuses qui laisseront sur leur faim ceux qui vivent des fins de mois difficiles.

C’était Macron tel qu’en lui-même. Le représentant d’une classe sociale dont il ne touchera pas les privilèges. Aux autres il reprendra d’une main ce qu’il aura cédé de l’autre.

Après cette restitution on s’aperçoit que le Grand Débat n’a été qu’un dialogue de sourds.

Le décalage est si grand -abyssal- entre le désir de justice, de justice sociale et de démocratie exprimé par les français et ce que Macron en déduit, qu’un second Grand Débat s’impose. Son thème – évident- sera : les frustrations des participants au Grand Débat précédent.

 

 

 

 

Les Méfaits du Macron Menteur (17) Le BARRAGE est en train de CÉDER. 23 mars 2019

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 0 h 17 min

 

Incapable d’apporter des réponses politiques et sociales aux crises multiples (« gilets jaunes » inégalités, pauvreté, chômage, climat, migrations…) car il ne veut pas remettre en cause sa politique de liquidation de l’Etat social et son soutien au capitalisme financier, Macron fait appel à l’armée.

Du jamais vu depuis 1948.

Une fois de plus Macron nous ramène au XIXème siècle. L’armée y était régulièrement utilisée contre les « classes dangereuses ».

Par rapport aux « gilets jaunes » il y a une critique salutaire qui n’admet pas leurs dérives xénophobes puis de violences. Mais qu’aujourd’hui le président Macron envoie l’armée contre des personnes qui ne supportent plus de ne pas pouvoir boucler leurs fins de mois tout en travaillant et en habitant la septième puissance économique mondiale, montre à quel point il est devenu un danger pour la démocratie.

Qu’adviendra-t-il si des provocateurs s’en prennent aux soldats ? Se retireront-ils humiliés sous les quolibets, lèveront-ils les crosses en l’air comme les « braves soldats du 17ème » en 1907 à Béziers , ou tireront-ils commettant un massacre ?

Ce Macron qui donne des leçons aux pays d’Europe et à leurs dirigeants, on en mesure maintenant le ridicule. Il est le premier dans l’Union Européenne à envoyer l’armée contre « son » (?) peuple. 

En 2017, au second tour de la présidentielle, la plupart de ses électeurs ont voté pour lui afin de faire un barrage à l’extrême droite fascisante.

Depuis lors ce barrage se fissure. Aujourd’hui il est en train de céder. Ou pire encore ce que nous voulions éviter, nous l’avons mis en place.

 

 

Les M M M (16). ADP ou le PRÉSIDENT des BONNES AFFAIRES. 22 mars 2019

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 09 min

 

En 2017 les Aéroports De Paris (ADP) comprenant Roissy, Orly, le Bourget et une importante réserve foncière, ont apporté à l’Etat 130 millions d’euros de dividendes et en 2018 plus de 173.

Alors pourquoi aujourd’hui les privatiser, se priver de ces recettes ?

C’est parce que Macron, pour le capitalisme financier et les ultra-riches, c’est le président des bonnes affaires. Avec ADP il y a des sommes colossales à gagner, qu’il serait insupportable dans une économie néolibérale de laisser au secteur public.

Nous venons de payer pour faire augmenter leurs dividendes.

Les perspectives de croissance rapide d’ADP sont des plus importantes grâce à l’extension de Roissy et les travaux d’agrandissement et de modernisation d’Orly, ce dernier par exemple pouvant accueillir 8 millions de visiteurs de plus par an, Ces investissements ont déjà été financés par l’Etat,donc par toute la collectivité nationale et ne vont profiter qu’aux nouveaux propriétaires..

La dette comme prétexte.

Les 8 à 10 milliards que rapporteront la privatisation serviront, nous dit-on, à maintenir cette année la dette publique au dessous des 100% du PIB.

Les économistes les plus sérieux de Picketty à Porcher nous démontrent qu’une telle comparaison n’est que pure bêtise. Mais elle permet une propagande justifiant les politiques d’austérité et la vente du patrimoine national.

On ne nous empêchera pas de penser que les quelques milliards encaissés par le gouvernement dans le cadre de son « désendettement » retourneront à la poche d’où ils étaient sortis, le préteur devenant investisseur et vice versa. Selon le cas de figure. ;

Par contre afin de compenser les années suivantes, les pertes de recettes découlant de la privatisation d’ADP, le gouvernement réduira la dépense publique : les services publics et les aides aux plus modestes en priorité. Une double peine pour les français ordinaires qui ont déjà supporté les investissements pour le développement d’ADP.

Le scandale du pactole immobilier.

Ce qui rend la privatisation extraordinairement juteuse pour les acquéreurs privés c’est la partie immergée de l’iceberg. C’est à dire les colossales réserves foncières du groupe Aéroports De Paris.

ADP possédant 6 700 hectares autour de Paris, un patrimoine foncier inestimable.

Si la plus grande partie de ces espaces est consacrée à l’activité aéroportuaire, 1 242 hectares, soit autant que les 18è et 19è arrondissements de Paris réunis (!!) sont réservés à des opérations immobilières.

« Alors que la métropole du Grand Paris est confrontée à des défis d ’aménagements dont la maîtrise foncière est un élément clé… l’Etat se prive d’un levier d’action direct sur l’usage des sols. » déplore le géographe Michel Lussault. Mais Macron et les banques d’affaires n’en ont cure. D’autant que pour compléter la combine, grâce aux financement de l’Etat, vont arriver entre 2020 et 2024,

  • le CDG express, un train direct reliant Roissy au centre de Paris
  • le Grand Paris Express dont 4 gares desserviront les terrains d’ADP

permettant la rapide urbanisation de ces hectares et l’explosion de leur valeur.

Ce sont des milliards qui vont échapper aux recettes publiques pour aller dans la poche des financiers privés qui profiteront encore une fois des infrastructures financées par la dépense publique.

Mieux qu’une privatisation : une cession temporaire.

Cerise sur le gateau pour le monde de la finance cher à Macron, ce n’est pas une vente mais une concession de 70 ans d’ADP qui est faite au privé.

C’est à dire que les gentils investisseurs vont profiter en arrivant des investissements publics et pourront laisser le patrimoine se délabrer puisqu’au final ce sera à l’Etat de le rénover ou de le reconstruire car les ruines nous appartiendront.

Le « nouveau monde » de Macron c’est la grande braderie du patrimoine, c’est main basse sur la France.

 

Sources : journal Le Monde pour les chiffres. L’analyse nous appartient.

 

 

Le Méfaits du Macron Menteur (15) PIÈGE. 24 janvier 2019

Classé dans : MMM — agir ensemble 30380 @ 16 h 14 min

 

Pris de panique par les conséquences de sa politique, le président de la République a écrit une lettre que nous recevrons peut-être.

Il essaie de calmer le mécontentement, de détourner les révoltes, en lançant un grand débat-spectacle où lui-même se produit devant des parterres d’élus locaux.

Il nous écrit et en réponse on peut tout lui dire puisqu’il annonce que,

« Pour moi il n’y a pas de questions interdites. »

Cependant pas question de remettre en cause sa politique d’injustices sociales, d’y changer quoi que ce soit car,

« Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises. » affirme-t-il. Enfonçant même le clou « nous devons nous interroger pour aller plus loin. »

Autrement dit l’Etat social, avec ses services publics, ses principes de redistribution, il va continuer de le dépecer, de le détruire.

Avec « le grand débat » il nous autorise à choisir par quoi il va commencer.

Il veut nous enfermer dans le cadre de sa politique qui justement nous révolte, nous faire accepter le principe qu’il n’y a pas d’alternative. C’est un débat où l’on peut discuter de tout à condition de ne décider de rien. C’est un remarquable piège dans lequel il veut nous enfermer.

Il est donc légitime de refuser ce débat faussé par le carcan de ses limites imposées.

Mais au fond n’est-ce pas ce qu’il cherche ?

Si tous ceux qui ne veulent plus de ses choix injustes au profit des seuls ultra-riches, s’abstiennent, seuls ses quelques partisans apparaitront, justifiant par défaut les méfaits de Macron.

Face à lui il n’y aura que l’extrème droite qui s’emploie -avec un succès indéniable- à instrumentaliser le mouvement des « gilets jaunes ».

Le « grand débat » voudra démontrer qu’il n’y a rien entre Macron et Le Pen. Heureusement il n’en est rien

C’est pourquoi tous ceux qui refusent le néolibéralisme actuel, son autoritarisme, ses injustices, son mépris des plus modestes et des classes moyennes, et qui « en même temps » rejettent l’extrème droite xénophobe et fascisante, doivent piéger Macron en le submergeant par les demandes d’abandon « des mesures prises » et les souhaits d’une société où l’égalité et la solidarité seraient réelles. L’impensable pour Macron.

 

 

Les Méfaits du Macron Menteur(13) CÉDER mais SANS RIEN CÉDER, SANS RIEN CHANGER. 6 décembre 2018

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 10 min

 

Le dimanche 2 décembre, au lendemain des affrontements, le Washington Post, lucide, écrivait ; « Il y a une forme de désespoir post-industriel qui ronge maintenant les classes moyennes et ouvrières qui ont le plus souffert de la crise brutale de 2008 et des coupes budgétaires qui ont suivi. »

Il y a aussi la prise de conscience des inégalités qui fracturent le pays et que traduit la révolte de ceux qui n’ont plus rien ou presque plus rien à perdre.

D’abord intransigeant et inconscient, Macron a dit « comprendre les souffrances… mais qu’il maintient le cap. »

Vous souffrez ? Eh bien continuez mon brave ! disait-il en quelque sorte.

Ce mépris, cette méconnaissance du monde réel ne pouvait pas calmer le mouvement des « gilets jaunes ».

Alors, après un samedi infernal, le mardi son premier ministre nous annonçait un moratoire : il suspend jusqu’au joli mois de mai les taxes prévues.

Il cède, certes, mais trop tard et trop peu. Après trois semaines les revendications se sont développées et ce sont des actions concrètes et immédiates qui seraient nécessaires et réclamées, sur le pouvoir d’achat, le pouvoir-vivre, l’ISF et toute l’injustice sociale qui en découle.

Ce report des taxes couteraient 2 milliards d’euros au budget de Macron. Comment va-t-il les compenser ? En réduisant la dépense publique donc la solidarité et les services publics, faisant ainsi payer aux plus modestes ce qu’il semble leur concéder. 

Personne n’est dupe.

Il ne touche rien à sa politique de classe en faveur des ultra-riches. Il ne va pas piocher dans les 4 milliards que pourrait rapporter le rétablissement de l’ISF, ni dans les 18,8 milliards de baisses de cotisations pour les grandes entreprises l’an prochain, qui en plus toucheront 20 milliards au titre de la dernière année du CICE, que les baisses de cotisations sont censées remplacer (2019 sera pour le CAC40 une année double en cadeaux financiers).

Il y aurait là de quoi augmenter les salaires, baisser les taxes et la CSG, mieux financer l’hôpital…

Si quelqu’un met le feu au pays c’est bien Macron avec sa politique de classe.

Mais attention, on ne sait ce qu’il peut sortir de ce mouvement justifié mais hétérogène. Conscient de cela, Edwy Plenel, dans Médiapart, nous prévient et nous incite à nous engager, car « L’avenir n’est pas écrit, dit-il, tant ici l’événement est maître, sans avant-garde autoproclamée, ni appareil dominant.

Mais plutôt que de tenir à distance cet inédit qui les déborde et les dépasse, tous les tenants d’une République démocratique et sociale devraient mener cette bataille de l’égalité auprès des « gilets jaunes » et avec eux.

S’abstenir, rester spectateur ou dubitatif, en retrait ou en réserve, ouvrirait encore plus la voie aux forces de l’ombre, qui aujourd’hui, en France et en Europe, comme à l’échelle du monde entier, entendent remplacer l’égalité par l’identité, le droit de tous par le privilège de certains. »

 

Dernière minute Peu après la rédaction de cet article, contredisant son premier ministre, Macron annonçait la suppression des nouvelles taxes sur le carburant et non son report.

C’est un vrai recul.

Mais il l’a redit pas question de revenir à l’ISF ou de toucher toucher au CICE où à l’impôt sur le capital. Donc ce que nous allons gagner avec moins de taxes nous le paierons avec une nouvelle diminution des services publics car il n’est toujours pas question de prendre aux ultra-riches. Politique de classe oblige.

 

 

Les Méfaits du Macron Menteur (12) MONSIEUR DIX POUR CENT. 27 novembre 2018

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 7 h 30 min

 

La transition énergétique est l’affaire de tous, mais elle ne pourra pas être acceptée et menée si d’abord puis parallèlement il n’y a pas une réduction des inégalités sociales, ce qui ne sera pas une petite affaire vu l’état des lieux.

Qu’on en juge :

En France d’après les données les plus récentes connues :

  • les 10% des français les plus riches possèdent 62% du patrimoine national regroupant les patrimoines immobiliers et financiers
  • les 40% des classes moyennes en possèdent 34%
  • les 50% les plus pauvres en totalisent 4%.

Et au niveau des revenus du travail (salaires, primes, stock options…)

  • la part des 10% les plus riches est de 25%
  •  la part des 40% des classes moyennes est de 45%
  • la part des 50% les plus pauvres étant de 30%

Source : « Le capital au XXIè siècle » de Thomas Piketty, et depuis sa parution en 2013 toutes les statistiques économiques montrent que la part des « 10% » va grandissante.

La politique et la fiscalité de Macron et de son gouvernement y contribuent, creusent davantage les inégalités. Les suppressions de 5 euros par mois d’APL pour les uns et de l’ISF pour les autres en sont les marques exemplaires et indélébiles.

Elles épargnent les 10% les plus fortunés, exemptés ou bénéficiaires des efforts demandés aux 90% de la population.

Elu président de la République en 1969 par un tiers des inscrits, Georges Pompidou avait été appelé Monsieur T(h)iers.

Sa politique ne favorisant que les 10% les plus riches, Macron, lui, devrait être appelé Monsieur Dix Pour Cent.

 

 

 

 

Les M M M (11) N’en déplaise à Macron, Pétain n’est plus Maréchal. 10 novembre 2018

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 12 h 31 min

 

Jugé en 1945 pour sa trahison et ses crimes, Philippe Pétain a été condamné à mort. Peine commuée en la prison à vie après la grâce du général De Gaulle.

Dans le même jugement il a été également dégradé, son titre honorifique de Maréchal lui a été enlevé, et il a été frappé d’indignité nationale

Ce jugement n’a pas été révisé.

Indignité nationale, l’expression est tout de même claire : un personnage indigne ne peut être associé à une fête ou à une commémoration nationale.

Pétain dégradé, son nom ne peut être accompagné ou précédé d’un grade ou d’une d’une distinction. C’est ce qu’oublient trop souvent journalistes ou personnalités politiques.

C’est ce qu’ignorent volontairement à l’extrême droite les nostalgiques du régime de Vichy.;

Mais quand Macron, président de la République, dit le 7 novembre « Le Maréchal Pétain…etc, etc,… » ce n’est pas une erreur, c’est une faute pour celui qui doit défendre nos institutions, la loi et la chose jugée de par laquelle Pétain n’est plus Maréchal.

 

 

Les Méfaits du Macron Menteur (10) VU DANS LA PRESSE. 15 octobre 2018

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 18 min

 

Le Monde n’est pas un journal d’Extrême gauche, aussi il faut vraiment que la politique de Macron soit inégalitaire pour que le 13 octobre il titre sur toute une page :

« Les ultrariches, grands gagnants de la fiscalité Macron »

« Le pouvoir d’achat des ménages les plus modestes reculera sous les effets cumulés

des budgets 2018 et 2019 »l

Le journal s’appuie sur « l’Institut des politiques publiques » (IPP) un organisme de recherche indépendant qui a publié le jeudi 11 octobre une évaluation approfondie des conséquences des mesures fiscales et sociales contenues dans les deux premiers budgets du président Macron.

Les conclusions sont sans appel, « les effets cumulés des réformes 2018 et 2019 mèneront à une perte de pouvoir d’achat de 1% pour les 20% de français les plus modestes. »

« Pour les 60% de ménages intermédiaires il y aura un gain jusqu’à 1% »

Mais pour eux la baisse de la taxe d’habitation peut avoir un effet pervers. En 2018 on compte déjà 6027 communes qui ont augmenté leurs taux de telle façon que la taxe d’habitation augmente quand même. De plus si cette année l’Etat compense la perte financière des communes, on ignore ce qu’il en adviendra en 2019.

Comme il en a l’habitude, on peut supposer que l’Etat va se désengager, si bien que des dépenses assumées jusqu’alors par les communes seront à la charge directe des individus, les collectivités ne pouvant plus faire face.

Au dessus les 19% plus aisés perdront 1% Pas plus que les plus pauvres; ce qui prouve encore une fois que notre fiscalité n’est pas progressive.

D’autant qu’au sommet de l’échelle sociale les « 1% de ménages ultrariches verront leurs revenus dopés de près de 6%. »

« Emmanuel Macron a choisi de donner la priorité à l’image d’une France pro-business » résume Antoine Bozio le directeur de l’IPP.

Plus qu’une image c’est la réalité d’une politique de classe qui fait de l’inégalité le caractère essentiel du « nouveau monde » de Macron  

 

 

Les M M M (9) Le PETIT GARÇON de MARGARET. 21 septembre 2018

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 9 h 15 min

 

 

Samedi 15 septembre, journée du patrimoine. A l’Elysée un jeune horticulteur s’est plaint de ne pas avoir de travail.

Cinglant, Emmanuel Macron lui a répondu « Je traverse la rue, je vous en trouve » et a conseillé au jeune homme que plutôt que de lui parler il ferait mieux d’aller prospecter les cafés et restaurants de Montparnasse.

Au début de l’été il avait qualifié les aides sociales de « pognon de dingue».

L’opposition a dénoncé un mépris de classe.

Nous y voyons aussi et surtout de la morgue, celle des maîtres de forges du XIXème siècle et l’arrogance des seigneurs de l’ancien régime. Ni compassion, ni solidarité, c’est ça son nouveau monde ?

Sa réponse au chômeur a deux interprétations complémentaires.

S’il répond au jeune, du travail ? « Je traverse la rue et je vous en trouve » c’est qu’il est convaincu que celui-ci ne fait aucun effort pour en trouver, que sa volonté de travailler est nulle puisqu’il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi. Accessoirement il avance « en même temps » que grâce à son action il y a du travail pour tout le monde -de l’autre côté de la rue-

C’est une giffle à tous ceux qui cherchent du travail et se retrouvent en situation d’échec.

Le deuxième niveau de lecture c’est l’institutionnalisation de la précarité des salariés, avec les petits boulots, les petites embauches multiples et peu payées.

Dans ce « nouveau monde » de Macron  il faut accepter n’importe quoi même si cela n’a rien à voir avec vos études, vos désirs, vos aptitudes. Horticulteur ou historien de l’art, les cafés et la maçonnerie vous attendent. Il est vrai qu’il n’y a pas de sot métier. C’est cela la flexibilité macronienne.

Avec parmi d’autres, Benalla, une piscine à côté de la plage présidentielle de Brégançon… notre président a les caprices d’un petit garçon, et sur le plan politique il est le petit garçon de Margaret Tatcher.

Pour elle les chômeurs n’étaient que des fainéants qui attendaient tout de la société sans se fatiguer, et elle a fait des petits boulots variés, multiples et sous-payés, l’horizon quotidien de la jeunesse anglaise.

Maniant aisément la langue de Shakespeare, son petit Macron condescend à nous en offrir une copie en Version Française.

 

12
 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement