AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 
  • Accueil
  • > Idées fausses sur la pauvreté

Les ROMS sont MIGRANTS et NOMADES.* 24 février 2014

Classé dans : Idées fausses sur la pauvreté,Toutes — agir ensemble 30380 @ 13 h 37 min

 

 

Faux. Les roms « migrants » viennent essentiellement de Roumanie et dans une moindre mesure de Bulgarie.Ils sont sédentarisés de longue date dans leur pays. Ce n’est donc pas un mode de vie nomade qui les pousse à quitter celui-ci, mais l’exclusion et la discrimination qu’ils y subissent. Si une fois arrivés en France, ils quittent parfois leur lieu de vie, c’est souvent en raison d’une mobilité encore une fois subie du fait des expulsions, dont une récente a coûté la vie à une fillette.

 

 

*Idée fausse numéro 47 extraite de l’ouvrage « En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté » d’ATD Quart Monde.

 

 

Les cendres de Geneviève de Gaulle- Anthonioz, résistante, fondatrice d’ATD Quart Monde, vont être transférées au Panthéon.

 

 

 
  • Accueil
  • > Idées fausses sur la pauvreté

Les Pauvres Font des Enfants pour Avoir des Aides.* 12 février 2014

Classé dans : Idées fausses sur la pauvreté,Toutes — agir ensemble 30380 @ 19 h 05 min

 

 

Faux. Plus on a d’enfants plus on s’appauvrit.

 

Le seuil de pauvreté pour une famille avec 2 enfants de moins de 14 ans est de 2O24 euros.

 

Avec 3 enfants le seuil de pauvreté se situe à 2314 euros, et pour 4 enfants à 2603 euros.

 

Prenons une famille ayant 2100 euros de revenus (y compris 127 euros d’AF)

 

  • Avec 2 enfants elle disposera de 2100 + 100 euros d’APL = 2200 euros. Soit 176 euros au dessus du seuil de pauvreté.

  • Avec 3 enfants : 2100 + 163 d’AF supplémentaires + 225 d’APL = 2248 euros. Soit 174 euros au dessus du seuil de pauvreté.

  • Avec 4 enfants : 2100 + 326 d’AF supplémentaires + 316 d’APL = 2742 euros. Soit 139 euros au dessus du seuil de pauvreté.

 

Prenons maintenant la même famille au RSA socle en tenant compte du forfait logement

 

  • Avec 2 enfants elle disposera de 871 euros de RSA + 483 d’APL = 1354 euros. Soit 670 euros sous le seuil de pauvreté.

  • Avec 3 enfants : 1067 de RSA + 547 d’APL = 1614 euros. Soit 700 euros sous le seuil de pauvreté.

  • Avec 4 enfants : 1258 de RSA + 610 d’APL = 1868 euros. Soit 735 euros sous le seul de pauvreté.

 

Preuve est faite que ce n’est pas avec les allocations familiales et le RSA que l’on peut vivre dignement en famille. Une famille proche du seuil de pauvreté ne s’en éloigne pas, et celle se situant en dessous s’y enfonce, lorsqu’elles s’agrandissent

 

 

N.B. Les chiffres de la pauvreté n’étant connus qu’avec retard, ces calculs effectués en 2013 le sont avec les chiffres de 2010.

 

D’autre part la hausse de l’APL est une ressource supplémentaire à condition que le loyer reste le même. C’est pourquoi le surpeuplement des logements est une stratégie obligée des ménages pauvres pour pouvoir « s’en sortir ».

 

 

*Idée fausse numéro 14 extraite de l’ouvrage « En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté » d’ATD Quart Monde.

 

 

 
  • Accueil
  • > Idées fausses sur la pauvreté

L’Objectif d’éradiquer la misère est un Rêve inaccessible.* 21 décembre 2013

Classé dans : Idées fausses sur la pauvreté,Toutes — agir ensemble 30380 @ 10 h 37 min

 

 

Faux. L’objectif de vaincre la pauvreté par une politique ambitieuse était dans les années 1960 la volonté du président Johnson aux USA. Les experts américains estimaient alors que cet objectif pouvait être atteint en une génération.Cette politique ne fut pas menée à son terme, mais elle produisit des résultats réels.

 

Dans son rapport en novembre 2011, le Conseil national du bien être social canadien écrivait, « l’éradication de la pauvreté est sensée sur le plan économique ». Mais ce rapport n’a pas été mis en œuvre.

 

Quant à la France, l’économiste Jean Gadrey estime à 20 milliards d’euros annuels le coût pour maintenir tous les citoyens au dessus du seuil de pauvreté, une autre étude parlant de 15 milliards. C’est ajoute-t-il « à peu près ce dont les 10% les plus riches bénéficient annuellement en réduction fiscales successives sur le seul impôt sur le revenu depuis 2000. » (1)

 

*Idée fausse n°60 extraite de l’ouvrage « En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté » d’ATD Quart Monde.

 

 

(1) Sans compter les 17 milliards de la fraude estimée sur cet impôt. Et 20 milliards, rappelons nous que c’est le montant du crédit d’impôt accordé sans contrepartie aux entreprises. L’éradication de la pauvreté serait donc plus un choix politique qu’un rêve de Noël.

 

 

 
  • Accueil
  • > Idées fausses sur la pauvreté

Les pauvres sont des fraudeurs. * 9 décembre 2013

Classé dans : Idées fausses sur la pauvreté,Toutes — agir ensemble 30380 @ 13 h 15 min

 

 

Faux. Ils fraudent beaucoup moins que les autres.

 

Il ne s’agit pas de nier la fraude aux prestations sociales, ni la nécessité de lutter contre elle. Mais elle est très faible par rapport aux autres types de fraude -notamment la fraude fiscale- auxquels les discours stigmatisants s’intéressent beaucoup moins.

 

Précisons que les différents types de fraudes évoqués ci-dessous, peuvent être le fait de n’importe quel citoyen, sauf la fraude au RSA, qui concerne des personnes ayant des ressources très faibles.

 

Montant annuel des fraudes estimées

 

(et leurs pourcentages par rapport aux sommes globales)

 

  • Prestations familiales CAF                                      698 millions 1,2%

  • Sécurité sociale                                                     2,5 milliards moins de 1%

  • TVA                                                                      10,5 milliards 8%

  • Travail au noir des entreprises                             17 milliards 7%

  • Impôt sur le revenu                                              17 milliards 34%

 

 

Pour information quelques montant de fraudes effectivement détectées

 

  • Fraude au RSA                                                                                                                 60 millions

 

  • Fraude à l’assurance maladie par les professionnels de la santé                                  120 millions

  • Travail non déclaré par les entreprises                                                                           190 millions

  • Fraude douanière                                                                                                            369 millions

  • Fraude fiscale                                                                                                           2, 5 milliards

 

Le Conseil d’État a pu dire en février 2011 « La fraude des pauvres est une pauvre fraude »

 

En face des 4 milliards de fraude estimée aux prestations sociales, alignons les montants estimés des non-recours à ces mêmes prestations :

 

  • RSA                                                                             5,3 milliards

  • Prestations familiales et le logement,                          4,7 milliards

  • APA,                                                                                 828 millions

 

Au total environ 11 milliards « économisés » chaque année par l’État parce que pour différentes raisons, une partie des personnes qui ont droit à ces prestations ne les sollicitent pas.

 

Au bout du compte, malgré la fraude, l’État est donc gagnant d’environ 7 milliards à l’année sur les prestations sociales.

 

Pourtant malgré la réalité des chiffres ce sont les discours et les commentaires sur la fraude aux prestations sociales qui sont les plus répandus afin d’instiller l’idée que si ces prestations ne sont qu’abus et fraudes, les financer ne peut plus être considéré comme un devoir.

 

*Idée fausse (numéro 23) extraite de l’ouvrage « En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté » d’ATD Quart Monde.

 

 

 
  • Accueil
  • > Idées fausses sur la pauvreté

« Les pauvres font tout pour profiter des aides. » 4 décembre 2013

Classé dans : Idées fausses sur la pauvreté,Toutes — agir ensemble 30380 @ 18 h 21 min

 

Faux. Au contraire, beaucoup ne sollicitent pas les aides auxquelles ils ont droit.

Pour différentes raisons (volonté de ne pas dépendre de l’aide publique, complexité des démarches, manque d’information, souhait de ne pas être contrôlé…) une partie des personnes éligibles à différentes aides n’en font pas la demande. C’est ce que l’on appelle le non-recours.

Les taux de non-recours sont les suivants :

  • 50% en moyenne pour le RSA, dont 68% pour le RSA activité et 35% pour le RSA socle

  • 29% pour la CMU complémentaire

  • 68% pour le tarif première nécessité d’EDF

  • 62% pour le tarif spécial solidarité de GDF

  • 50 à 70% pour les tarifs sociaux dans les transports urbains.

*Idée fausse (numéro 15) extraite de l’ouvrage « En finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté » d’ATD Quart Monde.

 

 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement