AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 5 octobre 2018

Echo du Conseil. HÉMORRAGIES de DÉMISSIONS chez les MAIRES. EN SERONS NOUS ÉPARGNÉS à SAINT CHRISTOL ? 5 octobre 2018

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 15 h 38 min

 

Selon le répertoire national des élus il y a eu au cours du précédent mandat municipal (2008-2014) 775 démissions de maires.

Pour les 3 premières années du mandat actuel on recensait 737 départs, soit presqu’autant mais pour seulement une moitié de mandat.

Tendance qui ne cesse de s’amplifier avec 153 démissions supplémentaires lors des 6 premiers mois de 2018.

Trois raisons principales à cette hécatombe, lassitude, impuissance, dépossession.

Lassitude car les maires ne parviennent plus à absorber l’inflation normative dont la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) vient accroître la complexité.Cet accroissement de la complexité des opérations s’accompagne de la faiblesse des moyens mis à leur disposition auquel s’ajoute un manque de reconnaissance de leur engagement.

La contribution des communes au soit disant « redressement » des finances publiques a réduit impitoyablement leurs marges de manœuvres. Ils sont soumis depuis des année à la baisse de la dotation globale de fonctionnement attribuée par l’Etat. Ils n’ont plus les moyens de faire « bien vivre »leurs communes.

Le transfert des compétences les noie dans des intercommunalités qui augmentent considérablement les tâches administratives. C’est la toute puissance des services techniques et administratifs des communautés devant lesquels les maires des communes « secondaires » deviennent des quémandeurs.

Il en résulte un fort sentiment de dépossession. Le pouvoir de décision leur échappe bien qu’ils demeurent en première ligne face aux demandes et aux récriminations de leurs concitoyens. Les voilà en quelque sorte les victimes expiatoires des « réformes ».

Cette hémorragie est explicable, compréhensible.

Et chez nous, le maire Bénézet peut-il être atteint par cette dépression collective, blessé par la disparition des financements de l’Etat, meurtri par la dépossession de ses compétences, las de son rôle subalterne à l’Agglo ?

Soyez rassurés. Nous sommes certains que notre premier magistrat ne va pas allonger la liste des disparus. Bien au contraire cette situation lui convient parfaitement.

Les baisses des dotations lui permettent de se dédouaner de son immobilisme en reproduisant dans chaque bulletin municipal le même article larmoyant sur les aides de l’Etat qui s’amenuisent. Les financements qui s’étiolent lui permettent de justifier une inaction confortable.

Quant à la dépossession des compétences communales au profit de l’Agglo, il suffit d’assister aux séances du Conseil municipal pour voir que les transferts de compétences, au fond, il en redemande.

Séances dont les ordres du jour sont en conséquence de plus en plus squelettiques.

Si bien que certains soupçonnent cet élu issu de la droite traditionnelle d’être secrétement un admirateur de Paul Lafargue, le gendre de Karl Marx, pour son ouvrage « Le droit à la paresse » (au moins pour le titre).

Il n’y aura pas d’hémorragie à Saint Christol c’est sur. 

 

 

 

 

 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement