AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 

LÂCHETÉ et PAGAILLE. 31 octobre 2020

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 15 h 36 min

 

Après les vacances de Toussaint, le lundi 2 novembre, dans les écoles, lycées et collèges, le moment de la rentrée devait être repoussé à 10 heures.

Le ministère de l’éducation nationale avait décidé qu’à ce moment là, dans chaque établissement, aurait lieu un hommage à Samuel Paty puis un temps d’instruction civique centré sur la liberté d’expression que les enseignants pourraient préparer entre 8 et 10.

Après cette annonce qui posait des problèmes d’organisation pour les familles de nombreuses mairies se sont mobilisées pour la garde des enfants entre 8 et 10 heures. Des enseignants ont préparé des interventions, des vidéos sur des sujets touchant à la liberté.

Une professeure nous a communiqué que vendredi après midi, elle et des collègues, avaient préparé la matinée de lundi quand à 17 heures est tombé un contre ordre du ministère de l’éducation.

Il indiquait que l’initiative prévue à 10 heures était annulée, que la rentrée des classes s’effectuerait normalement à 8 heures, et qu’il y aurai seulement une minute de silence à la mémoire de Samuel Paty.

Au même moment la rectrice de l’académie recevait une délégation de la FCPE fort soucieuse du protocole sanitaire des plus flous annoncé pour les écoles.

Interrogé sur l’annulation de la matinée civique, la rectrice dit aux parents d’élèves que lundi, là où elle était prévue et annoncée elle pourrait se tenir avec rentrée des élèves à 10 heures et qu’ailleurs ils rentreraient à l’heure normale.

Donc lundi ce sera la pagaille, des enfants vont arriver à 10 h au lieu de 8 et d’autres le contraire, des structures mises en place par les mairies ne serviront à rien.

Pourquoi ce changement ?

Que l’on ne vienne pas nous parler du COVID en guise de justification.

Il est plus vraisemblable que nos matamores au pouvoir, pris de panique aient redouté des incidents dans les établissements scolaires.

Finis les discours virils : remplacés par la lâcheté. Cet abandon est un message délétère envoyé au corps enseignant qui était tout à fait conscient que cette matinée n’allait pas être facile ; le pouvoir les fait battre en retraite d’autorité.

Mais après tout, s’il y avait eu des incidents, n’était-ce pas une occasion de détecter des réseaux, des filières liées au fanatisme religieux et présentant un danger ?

Cela aurait peut-être été plus efficace qu’une nouvelle loi qui viendra s’ajouter aux textes existants et dont le seul résultat sera de réduire les libertés de l’honnête citoyen.
Lundi la lâcheté du pouvoir créera au moment de la rentrée des classes une belle pagaille.

Il devient logique de se demander de quoi ce président et ses gouvernements sont capables mis à part les dérives autoritaires et la distribution de cadeaux fiscaux aux grandes entreprises et aux plus riches.

 

 

 

 

Macron Reconfine SANS Confiner TOUT en Confinant EN Même Temps. 30 octobre 2020

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 17 min

 

« Nous sommes submergés par l’accélération soudaine de l’épidémie » a-t-il avoué avant d’annoncer ce confinement nouvelle formule.

Pourtant depuis plusieurs semaines le confinement était écrit dans les courbes épidémiques ; le gouvernement a laissé courir le virus, a agi trop tard.

Avant même cette nouvelle forme de confinement l’hôpital est débordé.

« A la différence de la première vague l’ensemble des régions se trouvent aujourd’hui en état d’alerte » a-t-il annoncé comme si nous ne le savions pas.

Alors où est la cohérence si pour faire face à une deuxième vague du virus plus forte que la première il met en place un confinement « allégé » par rapport au premier ?

En fait l’incohérence n’est qu’un leurre.

Macron, le banquier néolibéral ne s’est pas « réinventé » il a écouté Monsieur de Bézieux, le chef des grands patrons, et avec lui il répète que « l’économie ne doit pas s’arrêter ».

Qu’importent les risques de contamination avérés, il faut aller travailler, même si l’entreprise est un lieu important de contamination. Et pour que les adultes puissent aller travailler les enfants doivent aller à l’école. Enfants, asymptomatiques mais très contaminants.

D’ailleurs il est un nouveau paramètre que nous explique Patrick Artus « économiste » distingué de la banque Natixis. Il a calculé que le coût pour sauver un salarié moyen atteint du covid est bien plus élevé que la valeur ajoutée qu’il rapportera au capital pour toute sa vie de travail soit 1 million d’euros, alors qu’il en aura coûté 6 pour avoir la vie sauve !

Se livrer à un tel calcul est indécent.

Après le coût trop élevé du travail voici le coût trop élevé de la vie ou le cynisme des financiers.

Un confinement total avec seulement les services vitaux serait acceptable, il pourrait arrêter le virus. Mais ce que Macron nous impose, qui laisse aller chercher le virus dans les principaux lieux de contamination (écoles et entreprises) ressemble plutôt à un nouveau servage.

Travailler et rentrer chez soi. Tout ce qui existe à côté est interdit, ou presque. Par exemple les librairies sont fermées, pas les magasins de bricolage : beau message.

Les samedis et dimanches seront confinés devant la télé. Les chaînes d’info continu, anxiogènes et décérébrales sont conseillées.

En semaine après le boulot pas de ciné, de théâtre ou de restaurant, pas de médiathèque. Les rapports humains doivent se limiter aux rapports hiérarchiques de l’entreprise.

Cette caractéristique du « nouveau monde » ajoutée aux libertés amputées, au racisme ambiant et triomphant nous introduit inéluctablement dans une société préfasciste.

Autant changer tout de suite notre devise en mettant au goût du jour celle du général Pétain.

Son « Travail Famille Patrie » devenant « Economie Travail Famille » (la famille réduite à 6 personnes comme il se doit).

Pourtant sans nous réinventer il suffirait de se rappeler les leçons de l’histoire.

Face aux crises du début du vingtième siècle c’est le choix de l’Etat providence qui a été fait pas la politique de l’offre.

Se réinventer aujourd’hui ce serait placer l’humain d’abord car ce n’est pas un homme moribond qui sauvera la (trop) chère économie du président.

Se réinventer en temps de confinement ce serait par exemple

  • instaurer le revenu universel pour éviter la misère et les activités économiques non vitales
  • recréer notre monnaie par la Banque de France (les banques privées le font bien pour prêter aux particuliers) et lui emprunter le nécessaire sur au moins un siècle ou plus car l’Etat, lui, ne meurt pas
  • bloquer toute activité financière spéculative et supprimer tous les cadeaux fiscaux aux grandes entreprises et au décile supérieur (les 10% les plus riches) jusqu’au retour à la normale.

Bref, un peu d’anticapitalisme provisoire pour survivre, car plus que jamais c’est lui ou nous.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 43. 26 octobre 2020

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 06 min

 

« Trop de distance et trop de proximité empêche la vue. »

Blaise Pascal.

Mathématicien (1623-1662)

 

 

 

Covid-19. COMPARAISON ALARMANTE. 25 octobre 2020

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 20 h 50 min

 

La veille du confinement au mois de mars, on comptait à cause du covid :

127 morts par jour.

Ce chiffre est monté jusqu’à 500 décès quotidiens.

Au moment où se met en place un couvre-feu,

on compte

138 morts par jour.

Quel nombre allons-nous atteindre dans les prochains jours ? D’autant que début novembre les enfants contaminants (voir l’article précédent) retournent à l’école.

Pour Axel Kahn, médecin généticien, directeur de recherche à l’Inserm, seul un confinement total peut bloquer le développement du virus.

Nous sommes d’accord avec lui ; d’autant qu’un confinement à la place de ce couvre-feu sélectif et fantaisiste, permettrait sans doute, à son terme, une période de Noël normale tant sur le plan familial que commercial.

Mais le Macron tétanisé ne doit pas avoir eu pour cela l’accord des entreprises du CAC40 et des financiers qui ont la côte à la bourse.

 

 

METRO BOULOT DODO. 24 octobre 2020

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 20 h 57 min

 

Le professeur Macron et son fidèle laborantin, Castex, ont fait une découverte médicale majeure, sensationnelle. Ils ont trouvé où et quand le coronavirus frappe.

Cela leur a permis de mettre en place un nouveau dispositif pour nous en protéger.

Découverte majeure, le covid-19 ne contamine les foules qu’à partir de 21 heures d’où l’obligation d’un couvre-feu à ce moment là jusqu’à 6 heures du matin.

Si pendant cette tranche horaire vous ne respectez pas le couvre-feu en flânant sur le pont de Monvert en Lozère, bing ! le virus vous saute dessus.

Par contre aucun risque semble-t-il à 7 heures du matin dans des transports en commun, même bondés.

Virus qui n’aime pas les familles nombreuses au delà de 6 à table il frappe. Même en ces temps très religieux, Jésus ne pourrait plus banqueter avec ses apôtres.

N’est-il pas admirable que Macron a confirmé que cette règle de 6 ne s’applique pas à l’usine.

Il se trouvera bien quelque complotiste qui prétendra que le virus est une création de la ligue antialcoolique puisque tous les débits de boisson sont dans l’obligation de fermer.

Sympa, le corona épargnerait les enfants car si les salles de sport sont fermées aux adultes, en temps scolaires élèves et enseignants peuvent y pratiquer sans souci. Car pour Macron c’est une exception française, alors que partout dans le monde les enfants sont considérés comme contaminants, en France rien de plus sain qu’une classe surchargée.

Au théâtre, au concert, à l’opéra avec un masque et seulement un siège sur deux occupé c’est possible avant le couvre-feu, à 21 heures 01 vous êtes contaminé. Pareil pour les restaurants.

A propos de restaurants, qu’à midi, des dizaines, voire des centaines de personnes se pressent dans les cantines scolaires ou d’entreprises, rassurez vous c’est sans danger.

Trêve de plaisanterie, la stratégie (incohérente ? Criminelle?) de la dynastie macronienne est flagrante elle consiste à nous terroriser et à vouloir nous faire croire que le virus ne frappe qu’en dehors du processus de production, alors que l’école et l’entreprise sont les principaux foyers de contamination.

L’école est évidemment un maillon indispensable de la chaîne productive surtout quand elle évite aux parents la garde d’enfants qui confinés, les empêcheraient d’aller au travail.

Aujourd’hui la priorité absolue est donnée à l’économie marchande, le système de santé, notre santé et les libertés publiques doivent s’y soumettre.

Le centre d la vie doit être le travail, l’homme réduit à sa seule fonction productive.

Fini le slogan présidentiel de l’été « vivre avec le virus » Emmanuel 1er nous impose « produire avec le virus ».

D’après le journaliste Romaric Godin de Médiapart, Macron estime ne pas punir « les braves gens » mais seulement cette partie de la population qui réussit à trouver un lien social en dehors de la fonction productive.

Avec le covid-19 il réalise le rêve historique du capitalisme français qui a toujours perçu le « bon peuple » comme celui qui travaille et retourne dans son foyer, pas à l’estaminet.

Métro-boulot- dodo ce n’est plus une boutade.

Mais si pour Macron c’est la façon d’éradiquer le virus ça tourne à la mauvaise plaisanterie.

 

 

résumé 21 octobre 2020

Classé dans : Non classé,Toutes — agir ensemble 30380 @ 11 h 20 min

En France, l’islamophobie triomphante génère une islamisation de la folie, laquelle renforce l’islamophobie triomphante.
La boucle est infernale.
Les démons dansent.
Les humains souffrent.

Nous endurons

Patrick CHAMOISEAU

écrivain

tweet du 20 octobre 2020

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 42 18 octobre 2020

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 06 min

FB_IMG_1603031508672

 

 

HOMMAGE et DÉSESPOIR.

Classé dans : Non classé,Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 57 min

 

Nous rendons hommage à Samuel Paty.

Martyr de la liberté de pensée, martyr de la transmission du savoir.

Affreusement massacré pour avoir voulu montrer à ses élèves que le bonheur est en dehors de l’obscurantisme et du fanatisme.

Obscurantisme et intolérance dont se nourrit un islamofascisme qui dénature son propre dieu pour ne vouloir imposer qu’une soumission par la terreur. Terreur qui terrorise d’abord les croyants.  « Nous ne pouvons plus nous suffirent de condamnations. Toutes les mosquées doivent agir et vite.» a lancé horrifié et lucide le recteur de la mosquée de Paris.

Samuel Paty enseignait. Il voulait que les enfants comprennent le monde, ce qui n’est possible qu’avec une liberté de pensée. Il en est mort.

Mais qu’est devenu le monde dans lequel nous vivons où enseigner c’est risquer sa vie ?

Certains vont dire que nous mélangeons tout, mais quand même, c’est bien un ensemble de malheurs divers qui sapent notre foi en l’avenir. En un avenir meilleur.

La terre se meurt d’épuisement et d’empoisonnements de par la cupidité de ce que l’on appelle les « grands groupes » aux dirigeants anonymes et omnipotents ; si bien que dans un monde qui n’avait jamais été capable de créer autant de richesse il y a de plus en plus de pauvres, de guerres et de cataclysmes.

Nous subissons une pandémie digne du moyen âge que nos maîtres pensent endiguer avec des méthodes aussi incohérentes qu’à cette époque.

Un couvre feu est imposé pour nous infantiliser, nous punir et nous étouffer avec pour tout horizon laissé à l’homme « produire ! » (sans complément d’objet après le verbe)

Mais qu’avons-nous fait du monde et qu’en adviendra-t-il quand celui qui veut comprendre, qui se veut libre, iconoclaste, peut être décapité ?

Toujours plus de haine sans doute.

Et le désespoir de ceux qui pensent encore que l’homme est bon mais qui ne peuvent empêcher que la société le pervertisse et le détruise.

 

 

 

 

RÉACTION DE VICTOR HUGO AUX MESURES DE MACRON 15 octobre 2020

Classé dans : Non classé,Toutes — agir ensemble 30380 @ 9 h 01 min

« Qui ferme les théâtres de Paris, éteint le feu qui éclaire, pour ne plus laisser resplendir que le feu qui incendie »

Victor Hugo

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 41. 12 octobre 2020

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 56 min

 

« La distanciation doit être physique, jamais sociale ; et les gestes barrières ne sont pas des barricades. »

Clémentine Autain

Députée de Seine Saint-Denis

le 12 octobre 2020.

 

12345...182
 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement