AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 

QUI PRODUIT LA RICHESSE ?… 7 décembre 2016

Classé dans : Non classé,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 07 min

 

Qui paye les fonctionnaires ? Et autres bonnes questions.

Merci de les avoir posées.

Dans un commentaire à l’article « Deux ou trois raisons pour Mélenchon » Manoel nous livre son point de vue d’entrepreneur.

Au delà de son raz le bol que nous pouvons comprendre (on verra pourquoi) des questions pertinentes sont posées qui alimentent le débat.

Il nous dit « Faudrait pas oublier qui produit la richesse. »

Qu’il se rassure, nous n’avons pas oublié qu’aujourd’hui la richesse est produite par la conjonction de trois éléments : le Travail, le Capital et les Dons de la planète (eau, minerais, forets naturelles, neige des stations de ski…) Planète que nous sommes en train d’épuiser, soit dit en passant.

Ces 3 éléments sont indissociables pour la création de richesse. Isolé aucun d’eux ne peut en créer.

Dans les petites entreprises, souvent l’entrepreneur détient le capital, dans les grandes ce sont les actionnaires. Mais l’entrepreneur ou le PDG, ne « donnent » pas du travail comme il se dit fréquemment, au contraire ils en ont besoin, donc ils l’achètent au travailleur manuel ou intellectuel, qui, lui, vend sa force de travail. Ne dit-on pas qu’à un entretien d’embauche il faut « savoir se vendre ».

«  Qui paye les fonctionnaires ? » demande Manoel. Facile, c’est tout le monde.

En 2012 les prélèvements obligatoires s’élevaient à 49% du revenu national (ils ont un peu diminué depuis avec les cotisations) ainsi répartis :

1- impôt sur le revenu 9%

2- impôt sur le capital 4%

3- impôt sur la consommation 13%

4- cotisations sociales 23%

Les fonctionnaires sont payés avec les recettes fiscales de l’Etat, soit les prélèvements 1,2 et 3. Si l’impôt sur le revenu ne concerne que 45% des contribuables et celui sur le capital encore moins, les impôts à la consommation qui représentent la moitié des recettes fiscales, sont payées par tout le monde. Donc même le plus pauvre des pauvres, en achetant une boîte de conserve, permet lui aussi l’existence de la fonction publique.

Manoel nous engueule « ça suffit, écrit-il, de rabâcher que les entreprises ont eu pour cadeaux tous ces allègements fiscaux. Oui on a eu le CICE qui est venu maladroitement essayer de contrebalancer des augmentations importantes en début de quinquennat… »

C’est vrai qu’en 2012 il y a eu un choc fiscal, puis au fil des ans un bricolage au coup par coup. Les promesses de renégociation du pacte de stabilité européen et de « révolution » fiscale n’ayant pas été tenues. Mais nous n’arrêterons pas de rabâcher sur le CICE, car sur la durée du quinquennat les prélèvements des ménages ont augmenté de 35 milliards d’euros, pour atteindre en 2016 le record historique de 28,2% du PIB. Tandis que les entreprises ont bénéficié de 20,8 milliards d’allègements. ( bilan de l’OFCE, octobre 2016)

Quant au CICE, il permettra aux entreprises de déduire de leurs impôts l’équivalent de 7% des salaires compris jusqu’à 2,5 Smic contre 4% en 2013 et 6% en 2014.

Un coût de 20 milliards l’an pour la sauvegarde (dérisoire) de 59.000 emplois cette année (chiffre du ministère du travail).

Alors si pour vous, Manoel, charges, impôts et taxes continuent d’augmenter, cela démontre que les inégalités n’existent pas seulement entre les individus, mais aussi entre les entreprises

Les actionnaires de la multinationale qui pratique l’optimisation fiscale, si ce n’est l’évasion, qui avec des filiales  externalise les bénéfices dans les pays à fiscalité réduite ou paradisiaques, se gavent, pendant que l’entrepreneur local galère.

Le financier l’a emporté sur l’entrepreneur et le capital sur le travail. Ce n’est pas nouveau, mais c’est plus apparant.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 48 4 décembre 2016

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 19 h 41 min

Il ne peut pas faire autrement. C’est sa responsabilité devant l’Histoire. On n’engage pas un pays en guerre contre le terrorisme pour finalement dire le jour de l’élection : ‘Excusez-moi, j’ai piscine’.

Jean-Christophe CAMBADELIS

à propos de la candidature de François HOLLANDE

Le 2 octobre 2016

 

 

JOIE et FRUSTRATION. 2 décembre 2016

Classé dans : Non classé,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 15 min

 

Hier, le président Hollande nous a dit à la télévision que grâce à lui tout allait mieux en France mais qu’il ne souhaitait pas renouveler son mandat.

Quelle joie ! Les deux plus mauvais présidents de la Vème République, Sarkozy et lui, ne seront pas de la présidentielle. Alléluia .

Le changement c’est maintenant car c’est le premier président qui ne soumettra pas son bilan au jugement du suffrage universel. C’est un aveu d’échec, c’est aussi de la lâcheté.

Mais à côté de la joie d’en être débarrassé il y a de la frustration.

Cet homme qui a été élu sur un programme de gauche et a pratiqué une politique de droite, on ne peut surtout pas lui pardonner d’avoir laminé la gauche et tué l’espérance en un monde de justice et de solidarité pour lequel il était mandaté. C’est pourquoi lui donner une baffe retentissante au premier tour de la présidentielle nous aurait un peu soulagé.

Mais n’écoutant que son courage qui ne lui disait toujours rien, il s’est défaussé.

Il y a les sans dent, il y a aussi les sans c…..

Pierre-Gilles Coulet

 

 

DEUX OU TROIS RAISONS POUR MELENCHON . 29 novembre 2016

Classé dans : Non classé,Toutes — agir ensemble 30380 @ 15 h 56 min

 

Dans notre article « Étonnant. Un candidat de gauche avec un programme de gauche. » à propos de Mélenchon, nous disions tout le bien que nous pensions de son programme et tout le mal que nous pensions de lui.

Un mois est passé et les candidatures situées à gauche (par la presse tout au moins) se sont multipliées. Il y a même eu ce week-end la candidature – en dehors de toute primaire- de Madame Pinel, ancienne ministre, députée, vice présidente de notre toute nouvelle Occitanie et ci-devant présidente du lilliputien Parti Radical de Gauche.

D’abord on l’a cru un peu folle, ridicule tout au moins, mais à la réflexion on découvre que ce n’est pas bête.

Dans un premier temps ça évite l’hémorragie pour son parti (certes une hémorragie lilliputienne) car elle voyait les élus du PRG, considérant que le PS n’est plus porteur, s’en aller vers Monsieur Macron, que la presse , quand elle fait preuve d’un humour excessif, situe à gauche. Candidate, elle pense les retenir, ce qui serait bien la moindre des choses.

Deuxièmement Madame Pinel rend service à Monsieur Hollande et aux socialistes à qui elle doit tout. Ceux-ci vont alors pouvoir déclarer d’ici peu qu’il est impossible d’organiser une primaire dans le cadre de la Belle Alliance Populaire, ce schmilblick lancé par le patron du PS, vu qu’il y a trop de candidats originellement du dedans qui se sont déclarés en dehors. Ce sera donc Hollande direct. Face au président Madame Pinel aura le bon goût de retirer sa candidature.

Et troisièmement -le plus important pour Madame Pinel – en remerciement pour les services rendus aux deux épisodes précédents, le président et son parti la préserveront de toute concurrence socialiste pour sa circonscription, aux législatives.

On trouve chez Mélenchon d’autres critères, trois raisons de pencher vers lui.

La première : son programme. Il peut permettre de lutter contre les inégalités et les excès du capitalisme financier, de réduire ces traités européens qui assurent la dictature des marchés.

La deuxième est qu’après ces cinq ans de trahisons continues, la disparition des socialistes actuels est une condition nécessaire pour une renaissance de la gauche.

Si le socialisme c’est d’abord la défense des intérêts du travail face au capital, force est de constater que durant ce quinquennat le président, ses gouvernements, ses députés ont fait l’exact contraire : 40 milliards d’exonérations fiscales pour les entreprises et détricotage du code du travail en sont une illustration raccourcie en passant par la déchéance de nationalité et la mort de Rémi Fraisse.. ( Pour en savoir plus on peut toujours lire l’ouvrage collectif « Le livre des trahisons » qui n’arrive même pas à être exhaustif, c’est vous dire.)

Aujourd’hui, Mélenchon est le candidat de gauche qui semble en capacité de nous débarrasser à la présidentielle de ces Hollande, Valls, Macron, ou de toute tentative, style frondeur, visant à épargner une Bérézina à Solférino.

Troisième raison en faveur de Mélenchon : la séparation des pouvoirs.

Ces temps-ci nos gouvernants nous parlent beaucoup de l’État de Droit en se gardant bien de rappeler que le premier fondement de cet État est la séparation des pouvoirs.

Or aujourd’hui en France, le pouvoir judiciaire est en partie soumis au pouvoir exécutif qui a totalement ligoté le pouvoir législatif. Toutes les lois importantes sont issues du gouvernement, le parlement n’a plus qu’à approuver, et à la moindre difficulté l’exécutif applique le fameux article 49.3 qui lui permet de légiférer sans le vote du pouvoir législatif ! État de droit nous disent-ils.

Mélenchon n’étant que du très modeste (en nombre) Parti de Gauche, on peut supposer qu’élu président il n’aurait pas suffisamment de députés à ses ordres pour enchaîner lui aussi l’Assemblée Nationale, et qu’ainsi reviendrait naturellement ce caractère propre à la démocratie : la séparation des pouvoirs.

Hélas cette troisième raison est très aléatoire.

Il est en effet probable que dans le cas d’une victoire de Mélenchon, les députés socialistes sortants, sensibles au bruit de la gamelle du restaurant de l’Assemblée et habitués à la servitude volontaire, se rallient comme un seul homme à JLM. Pas une tête ne dépasserait.

Cela dit ces deux raisons sérieuses et l’aléatoire, l’emportent pour l’instant sur notre aversion pour l’égo démesuré du candidat.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 47 26 novembre 2016

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 12 h 31 min

« Fidel Castro n’est plus, Erdogan se renforce, Donald Trump arrive, François Fillon se prépare, il est des matins plus blêmes que d’autres. »

Axel KAHN

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 46 20 novembre 2016

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 11 h 47 min

« Souffle, souffle vent d’hiver.

Tu n’es pas aussi cruel que l’ingratitude de l’homme. »

William SHAKESPEARE

Comme il vous plaira

 

 

 

VIDÉO SÉMANTIQUE. 18 novembre 2016

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 39 min

 

A la prochaine fête de la commune, plutôt que de promener (le faux?) saint, Christophe, le maire Bénézet devrait faire des offrandes à Hermès ; le dieu des voleurs qui lui a sauvé la mise en envoyant à Saint Christol deux malfrats bas de gamme, de vrais pieds nickelés.

S’il n’y avait le traumatisme du commerçant braqué par les deux branquignoles ce serait un vrai film comique. Ayant sans doute vu au cinéma que les gangsters après un braquage brûlaient la voiture volée dont ils s’étaient servis, ils ont fait la même chose, sauf que c’était leur propre automobile et qu’une caméra l’avait filmée, ce qui permit leur arrestation.

A la réunion de quartier du centre ville, le maire en a tiré gloire :

« …la vidéoprotection…Jean-Charles Bénézet n’a pas manqué d’insister sur le bien fondé de cette initiative en insistant sur la la rapidité de l’arrestation des deux malfrats… » (Midi Libre, lundi 7 novembre, où on lit bien dans le journal que le maire a insisté en insistant)

Dans divers articles où nous expliquions notre opposition à ce système de surveillance de la population (« Démontage de caméras, Vidéo gaspillage…) nous admettions qu’exceptionnellement, la vidéo pouvait permettre d’élucider une affaire, surtout lorsqu’il s’agit comme ici de guignols, mais qu’elle ne saurait éradiquer la criminalité et remplacer la présence policière, ce qui est le cas à Saint Christol avec la nouvelle convention de la commune et de la police nationale.

Quant au buraliste dévalisé, quelle a été sa protection ?

La vidéo du commerçant a filmé le braquage et celle de la ville la voiture, mais elles n’ont pas empêché l’acte criminel, n’ont en rien protégé la victime. C’est pourquoi un peu de sémantique s’impose.

Même si c’est moins porteur et dévalorisant à cause de sa connotation liberticide, la vidéo est exclusivement surveillance et non protection. En changeant le sens des choses, en donnant aux mots d’autres significations que la leur le monde perd ses repères et la politique sa crédibilité.

Le maire, parfois nommé Alzheimer devrait se rappeler, que quoi qu’il en dise, le préservatif est protection et la vidéo, surveillance.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 45 13 novembre 2016

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 49 min

« Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort, qu’ils ont raison. »

COLUCHE

 

 

Écho du Conseil. DES RÉFÉRENTS PASSIFS. 9 novembre 2016

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 15 h 58 min

 

Imaginez un papé….. C’est facile, car sur la photo qui rassemble les neuf Référents Sécurité du Dispositif de Participation Citoyenne (les RSDPC) de Saint Christol on ne voit que des papés (Midi Libre 28 octobre). Imaginez donc un papé qui toute sa vie a rêvé d’aventures en n’étant que l’employé de bureau d’un obscur service de contentieux… Un beau jour, tel un miracle, lui apparaît le Dispositif de Participation Citoyenne, ivre de bonheur il pensait pouvoir enfin réaliser ses rêves chevaleresques. Volontaire comme RSDPC, il se voyait en héros, auxiliaire des forces de sécurité, n’hésitant pas malgré ses courbatures, à poursuivre puis à capturer un ramasseur d’escargots -un peu basané- qui aurait indûment franchi une clôture. Enfin une vie palpitante, exaltante…

Patatras. Quelle désillusion ! Ces belles ambitions se sont effondrées lorsque le maire a invité ces référents pour « un retour d’expérience et une redéfinition du rôle des référents dans les quartiers »

C’est le conseiller municipal, délégué à la sécurité, le sieur Sécuritate, qui les a crucifiés en assénant que « le référent doit rester dans un rôle passif, pas dans un rôle actif. »

Mais alors que font-ils, à quoi servent-ils ? Le commandant de police le leur a dit : « La priorité dans l’information d’urgence, c’est d’appeler le 17 » Renseignements pris il semblerait que tout le monde puisse le faire. Zut alors.

Heureusement le maire leur a expliqué en quoi consistait cette référence passive : le RSDPC « est un relais dans son quartier avec les services de sécurité »

« Ce n ’est pas un médiateur… il ne doit pas se mettre en danger.. Il ne doit pas intervenir mais relayer l’information. »

« Il peut être amené a constater des faits inhabituels. » Genre pluie de criquets ou soirée d’anniversaire par exemple ?

On a compris, nos RSDPC joueront le rôle de concierges, gardiens d’immeubles ou veilleurs de nuit bénévoles. Le risque étant qu’un jour l’un d’eux, atteint de paranoïa au moment où vous invitez un lointain cousin étranger, y voit « un fait inhabituel » et appelle le 17. Mais cela n’est pas bien méchant.

On peut toutefois remarquer qu ’à Saint Christol, ce dispositif s’installe 5 ans après son lancement en 2011 par Claude Guéant ministre de l’intérieur, mais on sait qu’à l’époque la municipalité n’était pas encore sarkozyste.

A la sortie de ce dispositif, la juriste Geneviève Kouby écrivait :

« La circulaire du 22 juin 2011 commande le développement des « actions partenariales » dans le but de faire entrer « la population » dans les mécanismes des politiques de sécurité -et sans doute pour ainsi pallier aux dysfonctionnement d’un service public atteint par la réduction des effectifs. En matière de sécurité et de lutte contre la délinquance, la participation sollicitée revêt un caractère spécifique qui confine à l’appel à la délation, à la culture de la dénonciation- plutôt qu’à celle du témoignage… »

Il y a des gens qui voient le mal partout.

 

 

LES PETITES PERLES DE MIDI LIBRE (23). 7 novembre 2016

Classé dans : LES PETITES PERLES DE MIDI LIBRE,Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 25 min

Mélange des chiffres (28 octobre).

Dans un article consacré au dispositif de participation citoyenne, que nous appelons « voisins vigilants » par souci de compréhension, nous avons découvert une jolie manipulation. Est-ce volontaire ? Est-ce involontaire ?

La correspondante du journal y écrit :

«  Quelques chiffres ont été communiqués : 41 communes dans le département ont mis en place ce système depuis 2011 (Saint Christol a été la 31°). Claude Eugène (le commandant de police) a communiqué les résultats officiels des cambriolages: 6678 en 2011, 6148 en 2012, 5866 en 2013, et 5174 en 2014, soit une baisse de 22,52% , sans que la conclusion ait été tirée par rapport à la présence du dispositif en question. »

Donner le nombre de communes ayant adhéré à ce système depuis 2011 et indiquer dans la foulée la baisse notable des cambriolages pour la même période est une manière de démontrer insidieusement qu’il y aurait cause à effet.

« Sans que la conclusion n’ait été tirée » sur cette concordance écrit la préposée du journal, mais la composition de l’article, avec sa suite de chiffres sans commentaire, veut nous amener à en déduire que les deux choses sont bel et bien liées.

Bien sur, sera dupe qui le voudra.

Il faut rappeler à Midi Libre que le Gard compte 353 communes. Par rapport à ce nombre, les 41 engagées dans le dispositif de « surveillance citoyenne » sont trop peu nombreuses pour être liées de façon significative à la baisse de la délinquance. D’autant que l’on ignore combien il y en avait entre 2011 et 2014.

D’autre part il ne faut pas oublier qu’entre 2007 et 2011, Sarkozy avait supprimé 13000 postes de policiers, alors qu’à partir de 2012 les recrutements ont repris, d’où l’amélioration de la sécurité des biens et des personnes.  

Mais si le choix politique est de remplacer la police nationale par des systèmes de surveillance privés (caméras, voisins…) il faut bien fabriquer un argumentaire.

 

12345...118
 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement