AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 

CITATION DE LA SEMAINE 8. 26 février 2017

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 20 h 14 min

 

« Il est glorieux de s’enrichir »

Deng Xiaoping (1904/1997)

Secrétaire général du Parti Communiste Chinois

Disciple de Mao lors de la Longue Marche.

 

 

Politique. Au PAYS des COUILLONS. 23 février 2017

Classé dans : Non classé,Toutes — agir ensemble 30380 @ 19 h 05 min

 

Il est en France de bon ton

Lorsque l’on brigue une élection

D’avoir un nom qui rime en on

On va en faire une chanson.

 

Hollande parti pour de bon

On a son conseiller Macron

Aux mêmes vues que son patron

Des banques il est le rejeton.

Avec Sarko, coup de torchon

Mais son ministre le Fillon,

Faisant cadeau à ses lardons

De ce qui est notre pognon,

Nous reviendrait de Matignon.

On croit changer on tourne en rond.

 

A gauche le frondeur Hamon

N’est pas un socialo bon ton

Les hollandais le flingueront.

Et les groupies de Mélenchon

Proclament leur insoumission

Pour nous soumettre à leur champion.

 

Le Pen n’a pas la rime en on

Mais chez elle il n’est rien de bon

Elle triche comme Fillon

Tout son programme il est bidon

Son lien social c’est la baston.

 

A gauche on va être marrons

Si les prétendants jouent aux cons

Et restent deux pour un seul nom

Victimes de leurs ambitions

Dans cette configuration

Autant rester à la maison.

 

Mais au final de l’élection

Quelle que fut votre opinion

La France aura changer son nom

En « La nation des grands couillons ».

 

Gaëtan de la Poujade

 

 

Écho du Conseil. De l’influence du BREXIT sur le REMPLACEMENT des AMPOULES à Saint Christol. 22 février 2017

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 19 h 26 min

 

Mardi 21 février, en séance du Conseil municipal, a eu lieu l’exercice imposé par la loi : le débat d’orientation budgétaire (appelé affectueusement DOB) qui précède le vote du budget 2017. C’est le moment où la majorité municipale présente ses orientations et ses engagements pour l’année.

Pour préparer le débat l’adjoint aux finances a envoyé aux élus un document de 23 pages où pour découvrir les orientations de la municipalité il faut atteindre la page 15.

Des individus normalement constitués intellectuellement ou suffisamment courageux politiquement, placeraient comme préambule au document les grandes lignes de leurs orientations budgétaires, expliqueraient leurs choix, les justifieraient.

Avec l’équipe Bénézet, c’est « Autrement » vous avez droit à 14 pages de copiés-collés d’articles pris de ci de là dans les rubriques économiques des journaux.

Alors au lieu de découvrir ce que sera les budget de la commune vous lisez :

« Le Brexit accentue fortement l’incertitude économique politique et institutionnelle au niveau mondial et notamment dans la zone euro. »

Un des rares projets du programme d’investissement étant « Le remplacement des ampoules par des LED » l’incertitude provoquée par le Brexit va-t-elle plonger Saint Christol dans l’obscurité ?

Plus généralement si nous ne sommes pas contents des services publics de la commune ou de l’Agglo, nous saurons que le Brexit n’y est pas pour rien. Merci monsieur l’adjoint de nous avoir ouvert les yeux sur les conséquences de la perfidie de nos voisins anglais.

On lit aussi dans le doc du DOB que le FMI a revu ses prévisions à la baisse. Pourvu que cela ne touche pas la fête du faux saint Christophe.

A partir de la quinzième page on saisit ce qu’ils veulent f aire pour la commune, c’est à dire rien. La faute aux baisses de dotations de l’État -rengaine habituelle- et à la

précédente municipalité qui a osé faire quelque chose en lançant la réalisation du Centre de loisirs du Rouret qui coûte 75.000 euros annuels. C’est vrai qu’on aurait pu laisser les enfants à la rue.

Cette année la municipalité ne fera aucun emprunt. On notera l’inintelligence d’un tel principe au moment où les taux d’intérêts sont remarquablement bas. Évidemment comme ils n’ont aucun projet ils n’ont pas besoin d’emprunter.

Dans ce qu’ils annoncent il n’y a que de l’entretien courant : nids de poules à boucher, toitures des bâtiments publics, et bien sur le changement d’ampoules cité plus haut si le Brexit le permet. En cherchant bien on trouve les nouveaux vestiaires du Rouret dont les travaux devraient cette année commencer sans doute…peut-être… éventuellement…Mais c’était un projet de leurs prédécesseurs qu’ils n’ont fait que retarder.

Donc ; on le répète, ils ne font rien, et la baisse des dotations sera supporté par le CCAS et les associations. A ce propos on doit reconnaître qu’il y a de jolis éléments de langage. Par exemple « Les subventions aux associations seront maintenues  à hauteur de 90%. » donc baissées. Puis lorsqu’on lit « Modifications de tarifs» il faut comprendre que ces « modifications » sont des augmentations de l’ordre de 10%.

En résumé l’orientation budgétaire de l’Avenir Autrement peut s’énoncer ainsi : « Ne rien faire sinon diminuer les dépenses sociales et pour le reste laissons faire (l’Agglo) ».

Vous avez dit Avenir ?

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 7 19 février 2017

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 12 h 11 min

 » En France, le ridicule ne tue pas, on en vit. »

Henri Jeanson

Écrivain, scénariste (1900-1970)

 

 

Écho du Conseil. LA CORRESPONDANTE ENAMOURÉE. 13 février 2017

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 04 min

 

Nous avons trouvé un surnom à la correspondante locale du Midi Libre : Chimène.

A tort on a pensé un temps qu’elle était partiale, de parti pris, mais au fil de ses comptes rendus des séances du Conseil, il a bien fallu se rendre à l’évidence, ses écrits ne sont pas le fruit d’un engagement politique, c’est bien plus fort ; notre correspondante a les yeux de Chimène pour un élu du Conseil municipal.

Certes, même avec beaucoup d’imagination, on ne voit pas son Rodrigue évoquer Gérard Philippe ou Charlton Eston emblématiques Cid au théâtre et au cinéma, car c’est l’Ami du béton ! Mais la passion…

Voila pourquoi dans ses articles, mis à part son obligation de citer le maire ou un adjoint lorsqu’elle ne peut vraiment pas faire autrement, il n’est question que du Sirvin. Elle ira même jusqu’à ignorer un point de l’ordre du jour ou une discussion si son Cid de béton n’y est pas à son avantage. Les deux articles de Chimène rendant compte de la séance du 24 janvier, en sont de beaux exemples.

Dans son article du 28 janvier deux points significatifs du fonctionnement de la municipalité et de sa conception de la solidarité sont évacués en quelques mots.

1 La demande de subvention au titre de la DETR concernant le réaménagement de la cour de l’école maternelle Joliot Curie aurait mérité qu’elle s’y attarde. C’est un problème lié à la sécurité des enfants dans l’établissement, la réfection prévoyant une rampe de sécurité.

Sécurité ou pas, l’adjointe à l’éducation a affirmé : « Si on n’a pas de subvention on ne le fait pas. »

Comprenant que cela faisait mauvais effet, le maire a rectifié « Si on le fera, mais on ne sait pas quand. » Ce n’est plus l’Avenir Autrement, c’est la Sécurité Autrement selon qu’il s’agisse de la vidéosurveillance ou des écoliers.

A Véronique Pautard (opposition Pour Saint Christol) qui demandait pourquoi le projet pour l’école n’était pas passé en commission, l’adjointe a répondu qu’ « elle le fera. Elle attend d’avoir les devis. » Autrement dit elle réunira la commission éducation lorsque ce ne sera plus nécessaire, quand le projet sera totalement ficelé alors que le rôle des commissions est justement d’élaborer les projets. L’adjointe à l’éducation réalise ainsi un alliage original de mauvaise foi et d’incapacité à animer la commission dont elle est responsable.

Mais l’Ami du béton n’ayant pas été intéressé par ce sujet, Chimène non plus.

2 Pas un mot également sur la discussion engagée à propos des nouvelles mesures municipales pénalisant le troisième âge. Il est vrai que son Rodrigue avait claironné que « Les retraités ont les moyens. » Affirmation qui risquait de le faire mal voir par ses semblables, d’autant que Midi Libre titrait deux jours plus tard, en page Région  « Les retraités toujours plus précaires ».

La suite du compte rendu du Conseil se poursuit le 31 janvier. Il est exclusivement consacré à une « Passe d’armes sur le PADD » (Plan d’aménagement et de développement durable)

Cette passe d’armes est un duel entre son Cid de béton et Monsieur Benkemoun dans le rôle du comte qui contrairement à la pièce de Corneille n’est pas ici le père de Chimène.

Ce duel (oratoire) peut se résumer ainsi :

Le délégué à l’urbanisme porte une estocade à son adversaire en se gaussant que la réunion publique que celui-ci a organisé sur le PADD ait rassemblé 10 personnes, mais se veut constructif -rien d’anormal vu sa fonction- rappelle que la loi c’est la loi et que le PADD est un document de travail de 500 pages qu’il a le bon goût de ne pas lire en Conseil.

Document que Sirvin n’a pas du beaucoup travailler car il n’y a pas vu la voie de contournement, blâme la municipalité de n’avoir pas informé la population ce qu’elle fit pourtant, enfin il appelle à une « mobilisation de l’Agglo » pour ses domaines de compétences, ce qui revient à enfoncer une porte ouverte.

Si ces tirades n’ont pas eu grand intérêt, n’apportant rien de nouveau, elles sont permis à la correspondante de mettre son héros une nouvelle fois en avant à défaut, vu ses propos, de le mettre en valeur. Mais depuis que nous avons découvert que les comptes rendus du Conseil dans Midi Libre sont des fruits de la passion, nous les regardons avec bienveillance et romantisme d’autant que voici la saint Valentin.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 6 12 février 2017

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 18 h 51 min

« Soyez vous mêmes. Les autres sont déjà pris. »

Oscar Wilde

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 5 5 février 2017

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 11 h 27 min

 Pénélope…, gredine ! assassine ! voleuse!

MOZART- DA PONTE

 Cosi Fan Tutte

Acte II scène 3

 

 

Pour le respect de la démocratie, SARKOZY doit REVENIR. 2 février 2017

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 49 min

 

N’étant pas de droite, nous n’avons pas participé à la primaire de la droite qui désignait son candidat à l’élection présidentielle, mais attachés à la démocratie, nous ne voudrions pas que cette catégorie d’électeurs soit flouée.

En effet il semblerait que le vainqueur de leur primaire soit passé en quelques jours de l’honnête Fillon en un Fillon filou, et que sa participation à l’élection présidentielle soit remise en question.

Si tel est le cas il demeure néanmoins impératif de respecter absolument le vote du peuple de droite. Alors comme dans toute compétition, lorsque le premier est disqualifié, c’est au second que l’on attribue la victoire, et ainsi de suite en respectant l’ordre du tableau. Il serait tout à fait indécent qu’une personne n’ayant pas été candidat à la primaire veuille remplacer l’empêché.

Le dauphin de la primaire, Alain Juppé, un peu fatigué, un peu vexé, a refusé par avance de remplacer le mari de Pénélope. C’est donc au troisième qu’il faut donner la responsabilité de représenter la droite.

Personnage connu, même s’il fut parfois confondu avec un certain Paul Bismuth, il a déjà été président, c’est Nicolas Sarkozy, celui qui a fait « Tout pour la France ».

La seule difficulté est que cet homme, si remarquable par son intégrité, son honnêteté, puisse surmonter sa déception en découvrant que celui qui fut son unique premier ministre durant son quinquennat, son principal « collaborateur » n’est peut-être qu’un filou.

 

 

Écho du Conseil. Pour ÊTRE VIEUX il faut encore ATTENDRE. 1 février 2017

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 19 h 24 min

 

A la séance du Conseil du 24 janvier, la majorité municipale a encore repoussé l’âge permettant l’accès aux réjouissances organisées à l’attention de nos anciens.

Après avoir repoussé cet âge minimum de 70 à 71 ans en 2016, cette année, après le vote de la majorité municipale, c’est à partir de 72 ans que nos vétérans pourront se goinfrer au repas des aînés ou découvrir le monde avec le voyage des seniors. A Saint Christol on est vieux de plus en plus tard.

« Allez-vous augmenter l’âge chaque année ? » a demandé Suzanne Coulet. Pas de réponse pour l’instant.

On remarquera que dans le cadre de cette économie de bout de ficelle ils n’ont pas encore pensé à fixer un âge maximum, qui lui par contre, en le faisant baisser, permettrait d’économiser la ficelle par les deux bouts.

Agir Ensemble, qui est toujours de bon conseil, suggère à la municipalité de fixer pour 2017 l’âge maximum pour participer au voyage, au repas etc, etc, à 100 ans, puis l’abaisser à 99 ans en 2018 etc, etc, Ainsi chaque année, en augmentant d’un an le minimum et en diminuant d’autant le maximum, en 2031 seules seront concernées les personnes âgées de 85 ans au moins et 86 ans au plus. Ce qui réduira notablement les dépenses.

Mais revenons à la séance du Conseil et aux minables économies de Bénézet et de son

groupe.

Ils ont décidé, à propos du voyage, de faire payer aux conjoints de moins de 72 ans voulant y participer, la somme de 20 euros.

« Cela rapporte combien ? » a demandé Suzanne Coulet.

« Cela concerne peu de personnes, environ 35» a répondu l’adjointe à l’action sociale.

« C’est dérisoire,a jugé l’élue d’opposition, ça fait 700 euros sur un voyage qui en coute 14.000, et par rapport au budget de la commune c’est tripette. C’est inutile et surtout mesquin. La solidarité doit être aussi intergénérationnelle, la collectivité se doit d’aider les plus âgés et les plus jeunes en tant que tels. »

Cette discussion nous a en outre informés que l’Ami du béton, Jean Sirvin, un ancien maire qui doit cette appellation à sa propension à bétonner la commune, voulait rester jeune. Sa méthode : « Il faudrait mettre tout à 75 ans » a-t-il lancé. Vu qu’il en a 74 ça lui permettrait de rester un peu plus dans la catégorie junior. Et de toute façon il reconnaît qu’ « il n’avait pas eu le courage de le supprimer » (le voyage, quand il était maire, mais ce n’est pas faute d’y avoir pensé).

Puis les retraités ils peuvent payer car « Les retraités ont les moyens» Les intéressés apprécieront cette affirmation de l’Ami du béton quand on sait que les retraites n’ont pas augmenté depuis des lustres.

Philippe Roux a relevé « Cela va pénaliser ceux qui n’ont pas les moyens et n’oseront pas le dire »

Solidarité n’est pas un mot de droite. On le savait.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 4 29 janvier 2017

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 58 min

C3RKqyCWEAAGmJt

The Independant

Journal britannique (édition du 28 janvier 2017)

 

 

12345...121
 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement