AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 

Elections européennes. LES 3 POPULISTES. 23 mai 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 19 h 09 min

 

Mais d’abord qu’est-ce donc que le populisme ? Que recouvre ce terme fourre-tout que le pouvoir en place et les médias décernent de façon péjorative aux opposants les plus variés ?

Nous avons donc recherché et répertorié les principes qui en constituent l’ossature.

C’est le dirigeant du mouvement italien 5 étoiles, Di Maio, en visite en France, qui nous a éclairé en énonçant les deux points fondamentaux du populisme :

  1. Il dépasse la gauche et la droite. Le populisme est donc ni de droite ni de gauche.
  2. Il est post-idéologique (c’est tout au moins ce qu’il affiche). C’est à dire que les classes sociales qui composent la société et la lutte des classes qui en découle, n’existent plus.

En conséquence la société se divise en deux camps homogènes :

  • le peuple paré de toutes les vertus

dominé par

  • l’élite, automatiquement corrompue.

On parlera donc de ceux d’en haut et de ceux d’en bas, des castes opposées au peuple.

Ce peuple pour qu’il puisse reprendre le pouvoir qui lui revient, il doit avoir un lien direct avec le chef, le leader, le monarque, l’homme ou la femme providentiels.

Chaque chef voulant « reconstituer » ou fédérer ce qui devient son peuple auquel il s’adresse directement. D’où la remise en cause, et si possible la destruction des corps intermédiaires : syndicats, partis traditionnels, associations, presse qui n’est pas aux ordres..

Le mouvement politique que le chef dirige est totalement à son service, et l’ambition affichée de donner le pouvoir au peuple consiste en ce que le peuple lui donne tous les pouvoirs.

En France nous avons 3 dirigeants politiques qui répondent parfaitement à ces critères. Trois populistes dont l’un au pouvoir les a tous confisqués (les pouvoirs), et deux qui s’y opposent tout en faisant la même chose à l’intérieur de leur parti et dans leur rapport « au peuple ».

Il y a donc Macron qui déclarait en novembre 2018 «nous sommes des vrais populistes, nous sommes avec le peuple » et qui parlait au peuple « sans le truchement des appareils ».

Derrière ces mots il y a un pouvoir autoritaire au service du capitalisme financier.

Puis son ennemie la plus profitable qui lui sert de repoussoir, Le Pen fille. Elle aussi répond à tous les critères annoncés, devançant les autres au niveau de la xénophobie.

Mélenchon, Le Fada Insupportable (LFI) complète le trio, chef incontesté et adulé de son mouvement, où pourtant on se dit insoumis, il n’a pas hésité à clamer « Ma personne est sacrée ». Lui et les siens se flattent de ne plus employer le terme « gauche » dépassé selon Di Maio.

S’ils ne sont au mieux que candidats fictifs aux élections européennes, ils en font néanmoins une affaire personnelle, ce sont eux les têtes d’affiches, même sur les affiches.

Le nom de la tête de liste LRM n’apparaît même pas sur les panneaux électoraux, il n’y a que Macron.

Quand à la candidate LFI elle n’est pas la voix mais la voie de l’insoumission qui doit nous amener à celui qui la domine sur l’affiche, Mélenchon.

Le Pen qui bien sur, elle aussi s’affiche en proposant « donnons le pouvoir au peuple ». Par le biais des élections européennes ? Le populisme c’est vraiment n’importe quoi.

A Agir Ensemble, si nous sommes conscients que 30 ans de néolibéralisme faisant consensus entre les partis de gouvernement de droite et de gauche ont favorisé ce populisme, nous ne rejetons pas l’idéologie, nos engagements demeurent ancrés à gauche.

A un peuple indéfini nous opposons la contradiction capital/travail.

A la propagande mensongère et aux petits arrangements avec l’histoire dont les populistes sont coutumiers, nous opposons la connaissance et l’éducation.

Au pouvoir personnel et vertical qui les caractérise, nous opposons la démocratie.

Si bien qu’aucun de ces trois là, Macron, Mélenchon, Le Pen, ne pourra avoir nos voix.

 

 

Au journal Le Monde. Union Européenne : 2 nombres qui foutent tout en l’air. 22 mai 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 04 min

 

Un vœu pieux comme prologue.

J’aimerais, j’aimerais vraiment que par souci de professionnalisme et/ou d’honnêteté, les journalistes cessent de confondre l’Europe et l’Union Européenne. 

Quand Le Monde présente un numéro « Spécial Europe » on s’aperçoit qu’il s’agit en fait d’un spécial U.E.

Tant qu’un seul pays européen ne sera pas membre de l’U.E. structure qui met la politique au service de l’économie, elle ne pourra être confondue avec l’Europe qui demeure un continent.

A partir de cette confusion/manipulation, si l’on critique, si l’on s’oppose à ce qu’est l’U.E. on devient un anti-européen. C’est absurde, mais cela permet de faire passer pour des abrutis ceux qui, de fait, sont contre l’Europe. Car effectivement on ne peut être contre l’Europe à part de nier son existence géographique.

Depuis le temps que cette confusion est utilisée, on ne peut plus douter qu’elle a pour but de déconsidérer les opposants à la politique de l’U.E. qui par bêtise contestent ce qui est incontestable : l’Europe, c’est à dire l’existence d’un continent.

C’est ainsi que la majorité d’électeurs, qui en France en 2005, ont rejeté le traité constitutionnel européen, n’étaient pour la presse que des incultes, des perdants qui ne voulaient pas de l’Europe. Et pourtant elle tourne leur aurait dit Galilée.

Venons en au fait.

Il a suffit de 2 nombres dans Le Monde Magazine du 18 mai pour effacer les kilos d’articles, les millions de mots encensant le monde merveilleux de l’Union Européenne.

Pas encore tout à fait merveilleux, mais c’est la tendance malgré «Une richesse inégalement répartie ».

Pour être inégal, c’est inégal. Voila les 2 nombres :

Le revenu moyen par habitant en 2017 est de

  • 3059 euros en Roumanie
  • 41562 euros au Luxembourg.

Avec une telle disparité comment voulez-vous que cela fonctionne dans une soit disant union dont le dogme est la concurrence libre et non faussée impliquant l’impossibilité de toute harmonisation sociale et fiscale ?

Cela fonctionne au détriment du travail, du salariat, de l’Etat social, avec un nivellement par le bas.

Cela fonctionne au bénéfice des dividendes, des grandes sociétés industrielles et financières, chaque pays tendant à devenir pour elle un havre, sinon un paradis fiscal.

L’Union Européenne s’avère être un outil conçu pour rendre irréversible la dictature des marchés financiers.

Irréversibilité qui s’est confirmée d’un parlement européen à l’autre.

Les louanges de l’irlandais béat ou les invectives du populiste hongrois n’y changerons rien.

 

 

Elections européennes. Ça donne ENVIE. 20 mai 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 06 min

 

Le Parti socialiste qui redoutait une gifle historique aux élections européennes a trouvé un prète nom, Raphael Gluksmann qui venait de créer un parti politique qui aurait pu entrer dans une cabine téléphonique située sur une Place Publique.

Cet ancien conseiller d’un président déchu de Géorgie et dont on avait pu remarquer l’admiration pour Sarkozy, se présente fièrement sur son affiche électorale avec ce slogan « Envie d’Europe ».

Envie d’Europe ce n’est pas très glamour.

L’Union Européenne avec sa concurrence libre et non faussée, ses 3% de déficit indépassables qui amènent partout des politiques d’austérité… vraiment au printemps au niveau de l’envie, ce serait plutôt vers les fraises, les petits pois et les cerises que l’on se tournerait.

Puis dans la presse on découvre quelques chiffres…Waouh ! Alors là c’est évident, on comprend l’envie de Monsieur Gluksmann, son envie d’Europe, son envie sans doute irrépressible d’être député européen.

Qui n’en aurait pas envie. Voyez vous-même.

Le salaire mensuel net d’un député européen est de 6 825 euros net.

  • Plus une prime de 320 euros par jour de présence. Ce qui signifie donc que le salaire net n’implique pas une présence au parlement européen.
  • Plus 4 513 euros mensuels pour couvrir leurs « frais généraux » en plus des voyages pris en charge. Somme libre de tout contrôle ou justificatif.
  • Plus 24 943 euros par mois pour employer des assistants parlementaires. Dans les pays de l’Est, où les salaires sont faibles, des élus européens ont monté de véritables PME parlementaires. Plusieurs dizaines d’eurodéputés y emploient plus de 10 assistants dans leur pays d’origine. En France le RN de Le Pen a été condamné pour ses assistants parlementaires fictifs servant à autre chose.

Nous vous laissons le soin de faire le total et vous comprendrez combien peut être forte l’envie d’Europe.

Vous pouvez vous dire, et cela se comprend, que c’est cher payé pour faire partie d’une assemblée qui au fond compte pour du beurre. Le pouvoir, les décisions importantes, elles reviennent à la Commission européenne ou au Conseil réunissant les chefs de gouvernements.

Le parlement européen c’est l’alibi démocratique d’un système conçu pour imposer aux citoyens de tous les pays, une politique économique et sociale qu’ils n’ont pas décidée sinon pas voulue.

Soyons donc compatissants et considérons ces quelques euros comme un lot de consolation pour ces élus qui en sont réduits à définir les normes des cuvettes de WC ou l’espace vital des poules pondeuses en batteries et laissons Monsieur Gluksmann et ses amis socialistes à leur envie d’euro(pe).

 

Sources Chiffres issus d’un article du journal Le Monde. 

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 20 19 mai 2019

Classé dans : Non classé — agir ensemble 30380 @ 11 h 14 min

D66f722WsAAUT77

 

 

Echo du Conseil. MODIFICATION. 18 mai 2019

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 06 min

 

Suzanne Coulet avait raison.

Lors d’un précédent Conseil le maire avait annoncé l’implantation d’une entreprise produisant une algue, la spiruline, sur le site de l’ancien terrain de tennis de Boujac. Projet choisi par l’Agglo qui est propriétaire du lieu.

Ce choix et cette installation étant de bonnes choses comme nous l’avons écrit par ailleurs.(voir l’article « Bonne nouvelle pour Boujac »)

Cependant à ce même conseil Suzanne Coulet signalait que ce lieu étant classé zone touristique naturelle, une entreprise ne pouvait s’y installer sans une modification du Plan Local d’Urbanisme.

Mais non,mais non, il n’y a pas de problème lui répondirent maire et adjoint, cela peut tout à fait se faire.

Quelque temps après les mêmes se sont rendu compte que l’élue d’opposition avait raison et l’ont reconnu en Conseil.

C’est pourquoi à la séance du 15 mai le point 6 était : « Urbanisme ; approbation de la 3ème modification simplifiée du Plan Local d’Urbanisme. »

Le Conseil a voté pour que dans cette zone touristique naturelle une activité agricole soit autorisée.

L’entreprise pourra s’installer.

 

 

Echo du Conseil. Monsieur BENEZET ne le SAVAIT PAS. 17 mai 2019

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 11 min

 

C’est assez énorme.

Lors de la séance du 15 mai, le maire J.C. Bénézet a présenté au Conseil municipal de Saint Christol une délibération qu’il n’avait pas lue.

C’était au point 3 du maigre ordre du jour :

« Intercommunalité ; avenant n°2 à la convention unique passée avec Alès Agglomération. »

Philippe Roux, l’ancien maire, membre de l’opposition Pour Saint Christol, est alors intervenu en indiquant que cet avenant concernait par exemple le personnel de la médiathèque qui en conséquence allait passer personnel Agglo alors que cette compétence dite « partagée » le laissait jusqu’alors personnel municipal.

« Non, non, a répondu le maire Bénézet, ça ne change rien, on reste comme avant.»

« Pourtant a poursuivi P.Roux, il est écrit que le personnel détaché par la commune et qui travaille à 95% pour l’Agglo devient automatiquement personnel de l’Agglo. Ce qui est le cas des employés de la Médiathèque de Saint Christol. »

« Ah bon,dit le maire se penchant sur l’avenant,… c’est vrai, je ne l’avais pas vu. Il faudra demander des explications à l’Agglo. »

Dans cette attente la délibération a été retirée.

Et le maire en place qui n’avait pas lu ce qu’il demandait au Conseil de voter, a remercié l’ancien maire de l’avoir lu.

Il était clair, vu son silence, que l’adjointe au personnel, pourtant concernée, ne l’avait pas vu non plus.

Capacité de travail très limitée ou paresse ? A vous de voir. En tous cas jamais chose pareille ne s’était produite.

 

 

 

Le Nombre à Retenir : 4 717 396. 14 mai 2019

Classé dans : Non classé — agir ensemble 30380 @ 19 h 23 min

 

C’est le nombre à retenir, mais c’est surtout le nombre à obtenir.

Il représente 10% des électeurs, soit près de 5 millions de citoyens qui devront apporter leur soutien à la proposition de référendum déposée par 248 parlementaires pour que celui-ci puisse avoir lieu.

Le Conseil Constitutionnel a validé cette proposition d’organiser un Référendum d’Initiative partagée (RIP) à propos de la privatisation des aéroports de Paris (ADP).

4 717 396 signatures c’est énorme mais ce n’est pas infaisable quand l’enjeu est un référendum qui empêchera Macron de dilapider le patrimoine national, de le brader à ses amis hommes d’affaires et financiers.

Après la calamiteuse privatisation des autoroutes quant aux recettes publiques, la cession de ce patrimoine comprenant une réserve foncière exceptionnelle ne peut être acceptable (1).

Grâce à l’initiative de ces parlementaires de tous bords (sauf les macronistes) cette opération est pour l’instant bloquée.

Après la publication du décret gouvernemental permettant de recueillir les soutiens à l’organisation du référendum, nous aurons 9 mois pour atteindre les 4 717 396 signatures.

Neuf mois pour éviter un nouveau Méfait du Macron Menteur.

Ce nombre permettra d’organiser le référendum qui refusera la vente d’un patrimoine commun et d’un service public à des intérêts privés. Nous n’en doutons pas.

 

(1) Voir l’article du 22.03 « ADP ou le président des bonnes affaires.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 19. 12 mai 2019

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 09 min

 

 » Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine… elle est mortelle. »

Paulo Coelho.

 

 

 

LES IDENTITAIRES PEUVENT ALLER SE CACHER. 10 mai 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 16 h 28 min

 

Les noms de famille en Languedoc, classés par l’INSEE, montrent une fois encore que nous avons toujours été une terre d’immigration, de brassages et de mélanges. Les vélléïtés identitaires n’en sont que plus absurdes.

Même la reculée Lozère n’est pas épargnée. En deuxième position y arrivent les Maurin, nom incontestablement issu des maures.

S’il y a des origines arabes en Lozère, les Pyrénées Orientales elles, placent en tête Vidal, un nom très employé par les juifs au moyen âge.

L’originaire d’Espagne Garcia, fait un tabac. Il se classe premier dans l’Aude et dans l’Hérault, là devant Martinez (fils de Martin). Il est deuxième dans les P.O. Toujours devant Martinez.

Marty est second dans l’Aude. C’est le Martin des catalans.

Et tout ça, comme le chantait Maurice Chevalier en 40, fait d’excellents français.

Le « grand remplacement » est ailleurs, C’est au niveau du langage qu’il se développe (1) quand aujourd’hui à Paris le « Short film festival » remplace un festival du court métrage.

 

(1) Voir l’article « Le grand remplacement ».

 

 

 

EFFROYABLE. 8 mai 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 18 h 21 min

 

En 33 ans, c’est à dire depuis 1986,

la population française a augmenté de 13 millions d’habitants, soit une augmentation de 18,5%.

En même temps :

  • le nombre d’écoles a diminué de 24%
  • le nombre de perceptions de 31%
  • le nombre de gendarmeries a diminué de 13%
  • le nombre de gares de 28%
  • et celui des maternités de 48%.

Chiffres donnés par  » La gazette des communes ».

La réduction de la dépense publique c’est ça !

 

12345...156
 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement