AGIR ENSEMBLE

pour vivre en harmonie à Saint Christol les Ales

 

Echo du Conseil. NOUS DEVONS (presque) TOUT A LA GUERRE. 14 octobre 2019

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 12 h 12 min

 

Dans le numéro d’octobre du « journal de la ville de Saint Christol » (édité par la majorité municipale) on trouve en page 2 un article non signé hallucinant.

Son titre « Guerre et progrès : un cocktail explosif » est incompréhensible car loin de les opposer, l’article s’applique à démontrer que la guerre est nécessaire au progrès, que sans les « bienfaits » dûs à la guerre nous serions restés au XIXème siècle.

Certes on constate que des applications civiles d’inventions militaires peuvent être utiles, mais elles ne sauraient justifier les horreurs de la guerre.

Par contre la municipalité Bénézet veut aller « Au delà de batailles perdues ou gagnées » car avec « les guerres …les investissements considérables pour alimenter la machine de guerre offrent aussi à certains secteurs industriels des occasions de développer de nouvelles technologies, d’instaurer une gestion rationnelle et scientifique selon des orientations souvent inconcevables en temps de paix. »

Des régions dévastées, des pays ruinés sont « des dimensions économiques et sociales » que l’article ignore dans son listing.

S’il est des « orientations souvent inconcevables en temps de paix » dont semble se réjouir l’auteur c’est parce qu’elles sont en temps normal incompatibles avec la démocratie et les libertés.

Et on frémit en pensant que la « solution finale » des nazis, la Shoah, pendant la seconde guerre mondiale était l’objet d’une « gestion rationnelle et scientifique  inconcevables en temps de paix»

Il est vrai que des «investissements considérables offrent à certains secteurs des occasions… » Ce qui a permis à Henri Barbusse (prix Goncourt 1918) d’écrire qu’on croit se battre pour la patrie  mais qu’on meurt pour des industriels.

Il y a ensuite dans cet article un catalogue des innombrables bienfaits que nous devons à la guerre, pour les transports, les communications,la métallurgie, la chimie, l’énergie, l’alimentation, la gestion des déchets, la médecine.

Le caractère insupportable d’un tel article, c’est qu’à aucun moment n’est opposé à ce « progrès » les horreurs des guerres : les millions de morts, de veuves, orphelins, de mutilés, les destructions, les pillages, les viols ; comme si un progrès ultérieur les effaçaient, les faisaient passer en pertes et profits.

Après l’éloge de l’économie illégale en séance du Conseil, Bénézet et ses amis nous donnent à lire un éloge de la guerre.

Éloge qui se termine avec « Enfin des progrès fulgurants ont été réalisés dans la chirurgie réparatrice » d’où l’utilité des « nombreuses gueules cassées »

Un article d’un tel niveau ne pouvant rester sans suite, il est probable qu’au prochain numéro, approfondissant « les dimensions économiques et sociales » des guerres , le directeur (?) de la publication note que des millions de morts ayant quitté le marché de l’emploi il n’y avait plus de chômage et que la nécessaire reconstruction des régions dévastées dopait la croissance.

On imagine sa conclusion  : « Pour sortir du marasme économique et du laxisme ambiant  il nous faudrait une bonne guerre ».

 

 

N.B. Les phrases en italiques sont extraites de l’article municipal, les caractères en

gras ou soulignés sont de notre fait.

Sur cette même page 2 nous est montré le « Directeur de la publication » mais sur la photo il semblerait que ce soit une directrice. D’où notre point d’interrogation.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 41. 13 octobre 2019

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 15 h 24 min

 

« Les lois sont semblables aux toiles d’araignée qui attrapent les moucherons, mais laissent passer guêpes et frelons. »

Jonathan Swift

 

 

Revue de PRESSE avec MEDIAPART. 12 octobre 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 17 min

 

En cette fin de semaine trois faits nous interpellent.

  • Salauds que nous sommes.

« KURDES , LA ÉNIÈME TRAHISON DE L’OCCIDENT »

Après la première guerre mondiale et la conférence de Paris qui dépèce l’empire Ottoman, « les kurdes sont ignorés » et se retrouvent à cheval et intégrés à la Turquie, à l’Irak et à la Syrie.

Trois états qui ne cesseront de les brimer (au mieux) et les kurdes auront recours à la résistance armée.

« Jamais les pays occidentaux ne reconnaîtront vraiment qu’ils sont un peuple colonisé » et encore moins leurs droits.

Mais près d’un siècle plus tard, afin d’épargner nos soldats, on fait appel à eux pour combattre l’Etat Islamique.

Pendant qu’avec les américains et les britanniques nous bombardons en Syrie, les kurdes devenus nos alliés combattent pour nous, mènent la guerre au sol.

L’E.I. Éliminé ils pensaient que les occidentaux, reconnaissants, leur permettraient de créer leur propre Etat en Syrie, sur le territoire qu’ils avaient repris à l’Etat Islamique et au dictateur Assad.

Naïfs.

Les USA se retirent et la France se tait quand la Turquie (notre alliée dans l’OTAN et pour la rétention des réfugiés) les attaque afin de conquérir ce qui aurait dû constituer le premier Etat kurde indépendant.

Les kurdes, chair à canon dans la guerre contre l’E.I. ne sont qu’une « variable d’ajustement » des politiques occidentales.

On les fait se battre à notre place puis on les laisse tomber : salauds que nous sommes.

  • Bien fait !

« LE PARLEMENT EUROPÉEN HUMILIE MACRON »

« Après l’affaire Loiseau au printemps Emmanuel Macron a encaissé un nouveau revers de taille sur la scène bruxelloise avec le rejet par une large majorité d’eurodéputés de la candidature de Sylvie Goulard pour la Commission. »

Avant la protégée de Macron « jamais un candidat français n’avait été désavoué par le parlement européen . »

C’est une première. Voila notre petit matamore pour une fois remis à sa place, lui qui après la France comptait diriger l’Europe.

  • Très amusant.

« JEAN LUC MELENCHON TENTE D’ENTRAVER LA PUBLICATION D’UN LIVRE…PUIS SE RAVISE. »

Le Fada Insupportable (LFI) voulait empècher la parution du livre « La chute de la maison Mélenchon » écrit par un ancien cadre de son mouvement, Thomas Guénolé, qui du coup semble vraiment insoumis, mais il n’en fait rien.

LFI a donc fait, avant qu’il ne paraisse, de la publicité à un livre qui le flingue « en ignorant que la censure préalable avait été supprimée en 1789 ». Très amusant.

 

 

MMM (20) DIVERSION. 11 octobre 2019

Classé dans : MMM,Toutes — agir ensemble 30380 @ 15 h 26 min

 

Le mois dernier le gouvernement a commandé un sondage dont on a peu parlé.

Macron et ses ministres n’ont pas dû être contents car il en résulte que :

  • 8,7% de la population pensent que l’action du gouvernement tend à améliorer leur situation.
  • 46,6% qu’elle contribue à la détériorer.

Pour le reste ce serait le statut-quo.

L’analyse que l’on peut faire de ces chiffres est simple. Nous avons un découpage quasi parfait des 3 grands groupes sociaux du pays en fonction de leur richesse immobilière et financière.

Le groupe pour qui la situation ni ne s’améliore ni se détériore correspond globalement aux plus modestes, aux patrimoines pratiquement inexistants. Non imposables sur le revenu, il est impossible pour Macron de les présurer davantage.

Les 46,6% dont la situation se dégrade, représentent les classes moyennes salariées ou non qui font les frais d’une politique au profit des plus riches et des grands groupes industriels et financiers.

Les 8 à 10% les plus riches sont de plus en plus riches.

Ce sondage indique que malgré la propagande gouvernementale et les show de Macron, chaque classe sociale apprécie comme il convient leur action.

L’heure était grave. Il fallait faire diversion. Macron en a trouvé une imparable : parler d’immigration.

 

 

LES PETITES PERLES DE MIDI LIBRE (44). 9 octobre 2019

Classé dans : LES PETITES PERLES DE MIDI LIBRE,Toutes — agir ensemble 30380 @ 12 h 31 min

 

Une chute démographique vertigineuse (jeudi 3 octobre).

A Saint Christol lez Alès,

« LA POPULATION A RENDU HOMMAGE A JACQUES CHIRAC »

C’est le titre.

Profitons en pour savoir qu’elle est notre population.

Dans l’article on lit qu’il y avait 15 personnes.

Heureusement que c’est écrit car on n’en voit qu’une demi-douzaine sur la photo format timbre poste, sans doute proportionnelle à la population.

C’est une chute vertigineuse. Nous voici devenus la plus petite commune du Gard au niveau de la population, juste derrière Causse-Bégon qui compte 19 habitants.

Bon d’accord, on se moque. Cependant ce ridicule aurait été évité si notre échotière avait simplement écrit : « Un hommage a été rendu à Jacques Chirac ».

Qu’importe alors si l’ancien président ne soulevait pas les foules à Saint Christol, quand on aime on ne compte pas (la population). 

 

 

Agglo. LES MÉTROPOLES N’EXPLIQUENT PAS TOUT. 8 octobre 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 14 h 39 min

 

Nous avons vu dans un précédent article (14 septembre) qu’ « Attractif ne veut pas dire en bonne santé ».

Si Alès et son agglo sont classées par le magazine Le Point 25ème zone la plus attractive de France (dont se flatte le Journal de l’Agglo) avec ses taux de chômage et de pauvreté, l’Insee par contre, ne les classe pas parmi les 58 territoires en bonne santé (ce que tait le Journal de l’Agglo).

L’une des causes de cette « santé pas bonne » nous échappe. Notre bassin, c’est indéniable, est en partie victime de l’effet pervers de la politique de métropolisation du territoire menée à pas de charge. Si bien qu’aujourd’hui le paysage économique est largement dessiné par les grandes métropoles.

Ainsi un rapport du Commissariat général à l’égalité des territoires révèle que les trois quarts des emplois crées depuis 2007 se concentrent dans seulement 15 métropoles.

D’un autre côté , en 2018, France stratégie rappelait que les 14 plus grandes métropoles françaises réalisent à elles seules 51% de notre PIB.

C’est comme si les successives politiques d’aménagement du territoire nous avaient fait passer de « Paris et le désert français » des années 60 à une sorte de « Métropoles et territoires délaissés » au XXIè siècle.

Alors à côté des grandes métropoles « qui concentrent la richesse et l’activité, de larges pans de territoires se retrouvent avec des commerces qui ferment et des jeunes qui fuient ». résultats de la désindustrialisation et de la fermeture des services publics.

Cependant tout n’est pas également merveilleux dans le monde des métropoles, les inégalités socio-économiques sont très fortes au sein des grandes villes.

Montpellier Métropole, avec ses ghettos, ses poches de pauvreté, Petit Bard, les Cévennes, la Paillade…, ne fait pas partie des territoires en bonne santé, Aix-Marseille non plus. Aussi les métropoles ne peuvent pas tout expliquer, tout excuser par rapport à notre mauvaise santé, et pour la bonne raison que des territoires hors métropoles réussissent.

On peut citer à titre d’exemples ;

Vitré, aux portes de la Bretagne qui a eu un taux record de créations d’emplois de 11% entre 2008 et 2016, et en 2019 un chômage sous la barre des 5%.

Cholet qui a trouvé des solutions face à la crise du textile et a maintenu le chômage à 5,6%.

Il est des territoires au fort héritage industriel, comme Figeac, qui ont su l’exploiter ; ou d’autres qui ont su compenser leur déclin industriel, comme la Maurienne dans les Alpes.

Des territoires discrets, éloignés des métropoles, une France périphérique mais en bonne santé.

Ils sont en bonne santé et pas nous. Pourquoi ?

Nos élus devraient revoir « les bons choix qu’ils font depuis vingt ans maintenant ».

 

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 40 6 octobre 2019

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 10 h 27 min

« On n’aurait pas le courage de parler d’immigration dans ce pays ?

On a fait 25 lois, on ne parle que de ça depuis 25 ans.

On se laisse dominer depuis 25 ans par un agenda identitaire, raciste, anti-laïque. »

 

Vincent Peillon

Ancien ministre

(interview sur France Culture le 4 octobre 2019)

 

 

Sport. PLUS de MUSCLES, MOINS de CERVEAU. 2 octobre 2019

Classé dans : Toutes — agir ensemble 30380 @ 17 h 04 min

 

En ce moment au Japon se déroule la coupe du monde de Rugby.

En regardant les retransmissions des matchs on s’aperçoit que les joueurs sont de plus en plus lourds, de plus en plus musclés.

Ils ont des biceps à donner des complexes à tout bûcheron et des cuisses proches d’un platane adulte.

Parallèlement une enquête de Provale, l’association des joueurs, nous apprend qu’entre 2000 et 2005, en France, 65% des rugbymen professionnels possédaient un diplôme d’études supérieures. Les années suivantes cette proportion est tombée à 40%.

L’origine universitaire du rugby semble oubliée au profit des salles de musculation. Plus de muscles, moins de cerveau sont donc devenus des « valeurs » du sport professionnel.

Quant aux dirigeants de la fédération mondiale d’athlétisme ce n’est pas la peine de chercher du côté du cerveau pour savoir pourquoi ils ont eu la folie d’organiser les championnats du monde au Qatar mais plutôt du côté du portefeuille autre « valeur » du sport contemporain.

 

 

Echo du Conseil. PESTICIDES, PUBLICITÉ et CONFÉRENCIERS. 1 octobre 2019

Classé dans : A propos du conseil....,Toutes — agir ensemble 30380 @ 7 h 28 min

 

« Les pesticides inondent les rivières » titrait Midi Libre le 10 mai. C’est un sujet sensible et qui préoccupe chacun de nous.

Le 18 mai, Daniel Cueff, maire de Langouet en Ile et Vilaine, a signé un arrêté interdisant l’épandage de pesticides de synthèse « à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à l’usage d’habitation ou professionnel ».

Cet arrêté a été suspendu fin aout par le tribunal administratif de Rennes, mais des dizaines de maires ont signé des arrêtés semblables.

Dans la foulée, début septembre un collectif de représentants d’associations écologiques dont Nicolas Hulot, a demandé à l’Etat de faire changer les pratiques.

Ils appellent les maires à prolonger l’exemple de langouet, et le gouvernement à prendre enfin des mesures politiques nationales de régulation à l’usage des pesticides agricoles.

La question n’a pas manqué d’être soulevée au Conseil municipal de Saint Christol réuni le 19 septembre par le groupe d’oppostion Pour Saint Christol.

C’est William Malavelle qui interpela le maire en lui demandant s’il allait se joindre à ce mouvement en signant un arrêté similaire.

Bénézet refusa en disant « ça ne sert à rien. Ils font ça pour de la publicité ».

« Et quand vous écrivez sur les panneaux d’entrées de Saint Christol « Commune sans pesticides » alors que c’est faux, c’est pas de la publicité ? » a répliqué Suzanne Coulet.

En effet ce sont uniquement les services municipaux qui n’utilisent pas de pesticides (décision prise par les municipalités précédentes) tandis qu’ils inondent les terres agricoles privées de la commune.

Fin de non recevoir de la part du maire, le débat a tourné court.

Mais on se demande pourquoi, le premier adjoint, Henri Frances, très accro aux problèmes d’environnement et de santé publique, n’est pas intervenu. Logiquement il aurait du soutenir cette demande d’arrêté.

C’est peut-être parce que Bénézet avait acheté sa tranquillité.

En effet suite à une question de Jean Sirvin, on a appris en Conseil que lors de la semaine « anti pesticides » qu’avait organisée l’association d’Henri Frances (!) c’est la mairie qui a payé la conférencière venue expliquer les dangers des pesticides, pour la somme non négligeable de 1 400 euros.

Tout de même n’est-ce pas bizarre que Bénézet finance une intervenante expliquant le bien fondé de la réduction de l’utilisation des pesticides et refuse en Conseil de signer un arrêté limitant l’utilisation de ces produts chimiques.

Pour le premier adjoint la venue d’une conférencière a suffi à sa bonne conscience.

Après la séance Jean Sirvin, impliqué dans l’association qui a empêché l’élévation d’une antenne relais au stade des Pensions, nous confiait que « le conférencier qui est venu dénoncer les nuisances de l’antenne, il n’a coûté que 150 euros, et c’est l’association qui l’a payé. Pas la commune. »

On notera non sans amusement,

  • que l’antenne, dont le 1er adjoint était un farouche partisan, n’a pu être construite grâce à l’opposition des habitants
  • que la limitation de l’épandage des pesticides, limitation dont le 1er adjoint est un farouche partisan, n’a pu être obtenue à cause du refus du maire.

Les temps sont durs pour Henri Frances premier adjoint, son environnement ne lui semble pas très favorable.

 

 

CITATION DE LA SEMAINE 39 30 septembre 2019

Classé dans : La citation de la semaine,Toutes — agir ensemble 30380 @ 11 h 27 min
 
Chirac était cynique mais en même temps sentimental, roublard mais avec un sens de l’Etat, brutal mais doué pour l’empathie, aimant l’Afrique mais pote avec ses dictateurs, macho mais gentleman, fidèle mais traître, grande gueule souvent mais timide parfois, implacable face à l’extrême-droite mais auteur du tristement célèbre “le bruit et l’odeur”….
En fait, l’inventeur du fameux “en même temps” c’est lui.
Journaliste, écrivain
26 septembre 2019 · 
 

12345...163
 
 

Section cantonale de La Gra... |
RESISTER, S'INSOUMET... |
Europa Linka |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Unir agir pour Etupes
| R P M justice-progrès-solid...
| Barjac Autrement